in

Vous allez découvrir l’origine de l’éternelle rivalité entre les deux clubs mythiques de France

Dans la planète Football, les matchs de Classico ont toujours suscités les passions les plus vives et les plus déchaînées. Ce genre de rencontres représente pour les grandes nations footballistiques, l’occasion de présenter au monde ce qu’ils ont de mieux à offrir comme spectacle du beau jeu. Mais c’est aussi une manne économique, qui est en mesure de dynamiser tout un secteur et qui peut même avoir des répercussions politiques et sociales majeures. Que ce soit en Argentine, avec le Boca Junior et le River Plate, ou en Espagne, avec le Barca et le Real, la rivalité va bien au delà du ballon rond et la frontière entre le gazon du terrain et le bitume de la rue est bien trop mince. Ainsi, la rivalité entre les équipes trouve un écho plus retentissant chez les supporters et le résultat du match en devient ainsi un point d’honneur. Les dérives en tous genres ne sont donc pas très loin et les rencontres revêtent alors un caractère bien délicat. les rivalités entre clubs se disputant un classico sont pratiquement indélébiles et transcende bien souvent le sport et le football pour évoluer vers une concurrence intellectuelle, identitaire et sociale.

 

Il en est ainsi pour presque la majeure partie des classicos et la France ne déroge pas à la règle. La rivalité qui existe entre le PSG et l’OM est d’ailleurs l’une des plus houleuses et des plus vives de par le monde, bien qu’au départ , certains certifient qu’elle fut inventée de toutes pièces par d’habiles manipulateurs. Alors installez vous surtout bien confortablement, à vos chips et vos Coca, car vous allez découvrir l’origine de l’éternelle rivalité entre les deux clubs mythiques de France. On commence !

 

Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille


Source : Youtube

On pourrait croire que la rivalité qui fait rage entre l’Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain ne date pas d’hier, tant les rencontres qui les opposent prennent l’allure de chocs de Titans. Pourtant jusqu’à la fin des années 1980, les matches entre Paris et Marseille ne furent que des affiches lambda de la Ligue 1. Vers cette époque, l’OM présidé par Bernard Tapie, est devenu l’étendard du football français, succédant à Bordeaux comme le club qui compte dans la Division 1. En effet,  le club phocéen domine le championnat, allant jusqu’à remporter quatre titres consécutifs entre 1989 et 1992. Le PSG quant à lui, club nouvellement créé en 1970, n’a pas encore le gabarit pour concurrencer les Marseillais comme pouvaient le faire à l’époque les Girondins de Bordeaux ou l’AS Saint-Etienne. D’ailleurs ces derniers commencèrent à montrer des signes d’essoufflement et l’OM allait vite se retrouver sans concurrence sérieuse. La Ligue 1, privée de ses affiches phares allait connaitre une baisse d’intérêt de la part des spectateurs, lassés de voir les mêmes scénarios se répéter sans cesse, l’OM au sommet et aucune équipe capable de la détrôner. Cette situation était bien néfaste tant pour le club phocéen qui était condamné à stagner sur le plan sportif et économique, que pour le championnat, représenté par la chaine Canal + qui en détenait les droits de diffusions. Pour la chaine payante donc, comme pour Bernard Tapie, Il fallait trouver un rival de taille à l’OM, dans le but de dynamiser la première division qui était arrivé au poids mort. Le PSG, disposant d’une double symbolique, en sa qualité de club de la Capitale et fraichement débarqué à la cour des grands, était le candidat idéal. Son rachat par la chaine Canal + en 1991 donnera le coup d’envoi à une ascension fulgurante du club, sous la présidence de Michel Denisot, un journaliste et animateur télé de métier. Utilisant tout le talent propagandiste qui leur fut donné, les médias avec à leur tête la chaine canal + bien sûr, firent un véritable tapage médiatique autour des rencontres PSG/OM. Présentés comme des rencontres à fort enjeu, les rencontres qui opposent les deux équipes véhiculent alors de nombreux clichés comme la confrontation entre le Sud et le Nord ou encore entre Paris et la province. Bernard Tapie, en habile communicant lui aussi, attise les passions avant, pendant et après les matchs, relayé ensuite par des joueurs aux forts tempéraments.

L’annonce de l’entraîneur Artur Jorge


Source : Desporto

En 1992, Artur Jorge, entraîneur du PSG, annonce sur la une du quotidien L’équipe que son équipe va marcher sur l’OM. Cette terrible phrase va soulever un tollé jamais vu auparavant dans le football national français, et se répercuter jusqu’à en devenir une question d’honneur pour les marseillais.  Bernard Tapie va même jusqu’à placarder des provocations en 4 par 3 dans les vestiaires pour chauffer ses gars, juste avant le début du match. Il n’en faut pas plus pour que cette rencontre devienne d’une violence inouïe sur le terrain, a tel point qu’elle fut surnommée la boucherie de 1992.

Durant cette rencontre, les tacles assassins et les cassages de chevilles vont pleuvoir et l’arbitre Michel Girard va devoir évoluer dans un contexte difficile et très chaud. Jeté en pâture au milieu de ces joueurs enragés, l’arbitre va tenter tant bien que mal de calmer les esprits et d’éviter ainsi une bagarre générale qui pourrait se transformer en véritable chaos avec le renfort des supporters. Les fautes sifflés par l’homme en noir s’élèvent à 55, dont 33 lors de la seule première période, pourtant seuls six cartons jaunes furent distribués. En revisionnant les moments forts du match, on constate même que beaucoup d’actions méritaient carrément le carton rouge, qui ne sera pourtant jamais dégainé par l’arbitre. ce dernier a décidé de juguler les passions et de ne pas mettre son grain de sel, en sévissant beaucoup moins que d’habitude, pour ne surtout pas mettre le feu aux poudres. Car pour les marseillais comme pour les parisiens, cette rencontre avait acquis un caractère sacré, et fut d’ailleurs le prélude aux nombreux classicos qui allaient suivre. Au final, ce match remporté par l’OM par un but à zéro sur une tête de Boksic, se révéla extrêmement décevant pour tout le monde, puisque le beau jeu et les gestes techniques qui donnent sa saveur au football, ont faits place à un concours de tacles traitres et de coups prémédités. L’arbitre qui garde aujourd’hui encore un bien mauvais souvenir de ce duel affirme qu’il avait vu la lueur de la haine briller dans les yeux des joueurs, et ce bien avant le début du match.

Ce match aux allures de règlement de compte allait définitivement entériner la rivalité entre l’Olympique de Marseille et le Paris Saint-Germain et la hache de guerre avait été déterrée. La stratégie de manipulation des médias et des dirigeants des deux clubs avait porté ses fruits, mais ils se révélèrent finalement bien amers. Car si le championnat français a pu gagner un regain d’intérêt et que la machine économique du foot s’était relancée, un large fossé s’était maintenant creusé entre la capitale et la cité phocéenne, ce qui n’allait pas manquer d’être à l’origine d’innombrables abus. Au fil des saisons,  la rivalité qui anime les deux clubs n’a fait que grandir et s’est même propagée en dehors du terrain, créant une animosité et une haine farouche entre les supporters des deux camps. Depuis 1995, les forces de l’ordre ont ainsi procédé à pas moins de 400 interpellations d’ultras des deux équipes, tandis que l’on dénombre autant de blessés des deux cotés, lors de confrontations sauvages dans la rue, à l’image des hooligans anglais ou russes. Cette rivalité farouche entre le Paris Saint-Germain et l’Olympique de Marseille va se prolonger ainsi jusqu’à atteindre son point culminant vers la fin des années 1990 et le début des années 2000. Durant cette ère, l’OM va réussir à inscrire ses lettres de noblesse dans le football européen, en remportant la fameuse Ligue des Champions en 1993, devenant ainsi le seul club français à la posséder. Les supporters de l’OM jubilent et scandent leur nouveau slogan qui deviendra mythique, A jamais les premiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

La magnifique histoire d’amour entre Cristina Million et Matt Pokora

Les animaux de compagnie les plus inhabituels du monde