in

Un mois après la double explosion à Beyrouth, les sauveteurs cherchent un éventuel survivant

Explosion Beyrouth survivant
Le vendredi 4 septembre, des secouristes continuaient de creuser dans les décombres d’un quartier Gemmayzeh, situé à Beyrouth, où des battements de cœur ont été détectés au scanner, un mois jour pour jour après l’énorme explosion au port.

 

Cet espoir a fait réagir une bonne partie de la population. Mais est-il vraiment possible que les secouristes retrouvent aujourd’hui des survivants ? Pour le découvrir, lisez cet article jusqu’à la fin.

À voir aussi :

Oops, something went wrong.

 

Explosion à Beyrouth : A la recherche d’un survivant !

Explosion Beyrouth survivant
Source : La-croix

Un espoir au Liban ? Un mois après l’explosion de Beyrouth, les secouristes étaient toujours à la recherche d’un survivant sous les ruines d’un immeuble situé dans le quartier de Gemmayzé.

Ainsi, une équipe de secouristes chiliens a détecté le mercredi 2 septembre des pulsations cardiaques sous les décombres d’un bâtiment. Et ce, grâce à un chien renifleur et à des scanners thermiques.

« Nous espérons que quelqu’un en sortira vivant »

En effet, d’après le gouverneur de Beyrouth, Marwan Abboud, les appareils utilisés, à la pointe de la technologie, ont détecté des « battements cardiaques ». « Nous espérons que quelqu’un en sortira vivant ».

Même Michel al-Murr, de la brigade des pompiers de Beyrouth, a rapporté la détection de pulsations d’« une personne » à environ deux mètres sous les décombres.

« 19 respirations par minute »

Ce qui n’a pas tardé à faire naître l’espoir de retrouver bel et bien un survivant à la puissante explosion survenue au port le 4 août dernier, faisant 191 morts et blessant plus de 6.500 personnes.

D’autant plus qu’un secouriste libanais a ajouté que les scanners avaient capté « 19 respirations par minute ». A ce rythme, Francisco Lermanda, le chef de l’équipe de sauvetage chilienne, a déclaré qu’il soupçonnait la personne piégée d’être dans le coma.

Explosion à Beyrouth : Efforts pour retrouver un éventuel survivant

Explosion Beyrouth survivant
Source : Rtbf

Par conséquent, les secouristes ont tout fait pour tenter de retrouver le survivant. A longueur de la journée, ils ont continué à déblayer les décombres, pour la majeure partie à la main.

Qassem Khater, un secouriste de la défense civile, avait expliqué que les opérations se déroulaient dans les ruines de la cage d’escalier de l’immeuble.

Faible chance de survie

Il avait aussi assuré : « Nous n’allons pas quitter le site avant d’avoir fini les recherches sous les décombres. Même si l’immeuble menace de s’effondrer ».

Toutefois, les recherches sont difficiles car le bâtiment n’est plus qu’un tas de gravats. De plus, les « chances de survie d’une personne pendant une si longue période sous des décombres sont très faibles », selon un sauveteur d’une ONG engagée dans les recherches. « Mais pas complètement impossibles ».

L’espoir vain de retrouver un survivant après l’explosion de Beyrouth

Explosion Beyrouth survivant
Source : french.alahednews

Malheureusement, au fil des jours, l’espoir de retrouver un survivant un mois après l’explosion de Beyrouth s’est peu à peu amenuisé, jusqu’à ce que la fin des recherches soit décidée.

En effet, le dimanche 6 septembre George Abou Moussa, directeur des opérations de la Défense civile libanaise, a répondu « il n’y a rien », à la question de savoir s’il y avait encore des opérations de recherches sur ce site. Il a aussi précisé « il n’y avait ni vivant ni mort ».

« Ceci est notre dernier pouls »

Pourtant, l’annonce d’un éventuel survivant a ému une grande partie de la population libanaise. Celle-ci est d’ailleurs toujours traumatisée et sous le choc après la double explosion apocalyptique causée par plusieurs tonnes de nitrates d’ammonium.

Ainsi, sur Facebook, Nasri Sayegh, artiste visuel et acteur beyrouthin, a déclaré « Ceci est notre dernier pouls ». Et le réalisateur Selim Mourad a écrit : « Je ne savais pas que j’avais tant besoin d’un miracle. Dieu, s’il te plaît, donne à Beyrouth le miracle qu’elle mérite ».

Certains libanais en colère

Ce n’est donc pas à tort que l’arrêt des recherches a provoqué la colère de plusieurs libanais. Un homme a ainsi raconté que : « L’armée nous a dit de rentrer chez nous alors qu’il y a encore un espoir de retrouver des survivants. Cela nous a beaucoup déçus. Nous avons répondu que nous étions prêts à poursuivre les recherches à mains nues ».

Aujourd’hui, il n’y a plus aucune chance de retrouver une personne vivante. Il faut donc croire que les recherches d’un survivant après l’explosion à Beyrouth a vainement nourri les espoirs. Par contre, sept personnes sont toujours portées disparues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Les terribles erreurs dans l’histoire qui ont coûté très cher

8 plagiats effrontés des dessins animés les plus populaires