in

Un décret permet de vendre son animal à un laboratoire, 30 Millions d’amis s’insurge

vendre son animal à un laboratoire
La fondation 30 millions d’amis, une association de protection des animaux, a dénoncé une modification de la loi encadrant l'usage des animaux en laboratoire.

 

En effet, le 17 mars dernier, un décret est passé pour permettre à des particuliers de vendre leur animal de compagnie à des laboratoires pour effectuer des expériences scientifiques.

 

La vente d’animaux aux laboratoires

vendre son animal à un laboratoire
Source : Capital

Au premier jour de confinement, le 17 mars 2020, le gouvernement a profité de la pandémie du coronavirus pour adopter un décret qui était passé inaperçu. Toutefois, son importance est cruciale !

Et pour cause ! Il permet aux particuliers de vendre leurs animaux de compagnie aux laboratoires pour qu’ils soient utilisés dans des procédure expérimentales. Ainsi, les chiens et les chats pourraient désormais être particulièrement en danger.

La loi précédant le décret

Pourtant, avant l’établissement de ce décret, les animaux utilisés à des fins scientifiques devaient obéir à certaines conditions. En effet, ces animaux étaient élevés pour subir de telles expériences et provenaient d’éleveurs ou de fournisseurs agréés.

Les seules dérogations possibles nécessitaient que la production des éleveurs agréés soit insuffisante ou inadéquate aux besoins du projet de l’expérimentation.

Malheureusement, ces conditions sont maintenant obsolètes. Ce qui pourrait avoir des graves conséquences sur la vie des animaux domestiques.

La fondation 30 millions d’amis s’insurge

vendre son animal à un laboratoire
Source : Sudouest

Selon la fondation 30 millions d’amis, ce changement législatif impose un retour en arrière de plus de 30 ans en matière de protection animale.

Sans surprise, la fondation condamne fermement ce décret. D’autant plus que cette régression est contraire à la directive de l’Union européenne qui encadre la provenance des animaux destinés aux expériences.

Ce nouveau décret va aussi à l’encontre de la volonté de la majorité des citoyens français. Ces derniers sont 86% à souhaiter l’interdiction totale de l’expérimentation animale.

Les risques d’un tel changement

Plus encore, le décret permettant à n’importe qui de vendre les animaux de compagnie aux laboratoires risque d’encourager un trafic de chiens volés à leur maître afin d’être revendus aux laboratoires.

Bien que de telles pratiques existent depuis longtemps, ce décret permet, sans aucun doute, de les populariser davantage.

D’ailleurs, pour Christiane Laupie, secrétaire générale et fondatrice de Pro Anima, ce décret est « la porte ouverte au pire ».

L’alternative de la Fondation

Quant à Reha Hutin, présidente de la Fondation 30 millions d’amis, elle pense que « ce décret est un manque de volonté politique pour chercher des méthodes substitutives à l’expérimentation animale ». Elle a aussi ajouté qu’il est une « solution de facilité : celle de gaspiller des vies ! »

Et ce n’est pas sans raison ! La fondation soutient en fait depuis plusieurs années une toute autre alternative qui, de plus, est inoffensive à la vie des animaux.

Il s’agit du test appelé « Valitox ». Celui-ci est réalisé sur des cellules humaines pour déceler l’éventuelle toxicité aiguë d’une substance. De plus, il a une fiabilité supérieure à celle des tests utilisés sur les animaux.

Mais pour l’heure, ce test n’est pas prêt à remplacer la vente d’animaux de compagnie aux laboratoires.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Ces animaux ont battu tous les records !

Qu’arrive-t-il-lorsque Cristiano Ronaldo est énervé ? Vous serez surpris !