in

Pourquoi la Chine prépare une armée de 100 000 canards ?

Des insectes à l’appétit insatiable ont déployés leurs ailes et n’ont épargné aucune région, jusqu'au très lointain et très montagneux Pakistan. Les 10 plaies d’Egypte se seraient-elles déchaînées sur les terriens ? Entre une pandémie qui ne cesse de croître et une invasion de milliards de crickets, sur fond de tremblements de terre et d’éruptions volcaniques, assistons-nous à la fin du monde, tel que nous le connaissons ?

 

Pourtant les gouvernements ne baissent pas les bras. Les scientifiques comme les autorités mènent le combat, d’abord contre l’ennemi commun de l’humanité, le virus à couronne, mais aussi pour lutter contre le fléau acridien et la menace qu’il fait peser sur la sécurité alimentaire de millions de gens. Certains pays se considèrent d’ores et déjà en guerre, et d’autres comme la Chine, alignent des soldats hors du commun ou totalement insolites.

 

L’armée de canard : une arme biologique

L’efficacité de cette méthode avait été vraiment remarquable et le canard s’est avéré être une véritable arme biologique. Celle-ci décimait les sauterelles en moins de temps qu’il ne fallait pour le dire. D’autant plus que les volatiles étaient littéralement affamés.

Les chinois avaient tout d’abord développé cette astucieuse technique de lutte anti acridienne avec des poulets, avant de la faire évoluer avec le temps et de porter un choix définitif sur les canards. Car si les poulets pouvaient manger environ 70 criquets en une journée, les canards pouvaient quant à eux en ingérer trois fois plus.

Les experts chinois avaient aussi remarqué que les canards aimaient particulièrement rester dans un groupe. Ils étaient de ce fait beaucoup plus faciles à gérer que les poulets. Ces derniers adorant se disperser un peu partout dans une joyeuse pagaille aviaire. Ce qui diminuait grandement de leur efficacité collective.

L’armée de canard : une solution efficace ?

Armée canards
Sources : Courrierinternational

L’arrivée de l’armée de canards est ainsi très attendue au Pakistan. D’autant plus que les récoltes de blé sont gravement en péril à cause de cette infestation de criquets. Même les récoltes de coton sont totalement détruites.

Le pays espère donc que les oiseaux palmés pourront les débarrasser des criquets pèlerins qui menacent sa sécurité alimentaire. Mais rien n’est pourtant sûr finalement, car la réalité s’avère plus complexe que la théorie.

En effet, des experts remettent aujourd’hui en question la faisabilité du projet, au regard des conditions climatiques arides des régions concernées. D’ailleurs un des scientifiques, membres de la délégation envoyée par la Chine pour aider le Pakistan à combattre les criquets, a assuré à des journalistes locaux que les canards auraient du mal à s’adapter aux sécheresses observées dans les zones du Pakistan infestées par les criquets.

Les canards sont par essence des animaux aquatiques. Or les températures sont très élevées dans les zones désertiques du Pakistan. Ce qui réduit pratiquement à néant la possibilité d’acclimatation des volatiles.

Le même expert a donc vivement conseillé au Pakistan d’utiliser plutôt des pesticides chimiques ou biologiques. Cela demeure le meilleur moyen de venir à bout des milliards de criquets pèlerins qui ont d’ores et déjà commencé à envahir le pays.

Une invasion de fourmis

Armée Canards
Sources : Fourmisdumonde

L’an de grâce 2020 se révèle donc de plus en plus comme celui de toutes les invasions. Nous avons d’abord assisté à des virus mortels, et maintenant à des sauterelles voraces. Il fallait donc s’attendre au coup de grâce, et il a fini par tomber.

Au sultanat d’Oman plus précisément, on dénombre une autre invasion, encore plus terrible et terrifiante, celle de milliards de fourmis, grouillants au sol tel un véritable tapis vivant. Cette invasion engendre une véritable psychose dans le sultanat.

Pourtant, elle n’est pas aussi dangereuse qu’elle n’y parait. La raison est qu’il s’agit en fait d’une espèce assez docile de fourmis, la Lasius niger, beaucoup plus connue sous le nom de fourmi noire des jardins.

Cette espèce cosmopolite est très répandue. Malgré sa grosse taille elle ne s’attaque pas aux humains, contrairement à d’autres espèces comme les fourmis chasseuses d’Afrique et d’Amérique du sud.

Une fourmi inoffensive mais rapide

Ces espèces de fourmis sont particulièrement connues pour la virulence de leurs attaques et surtout par la terrible marche qu’elles mènent dans la fore. Une marche que les populations locales sud américaines appellent le Marabunta.

Ce terme désigne en Amérique hispanophone une migration massive et destructrice de fourmis légionnaires. Elles se déplacent d’ailleurs à une vitesse de 200 m sur 24 heures, et ravagent tout sur leur passage.

La progression est implacable, les fourmis franchissent même les petits cours d’eau en formant des ponts et des radeaux de leurs corps. Et là où elles sont passées, il ne reste plus rien ! De tout animal au-dessous de la taille d’un rat, il ne leur faut que cinq minutes pour en faire un squelette admirablement nettoyé.

Les Omanais peuvent donc dormir tranquille. La fourmi noire est nettement moins agressive que ses cousines africaines et latines. Toutefois, la simple vue de ce tapis noir vivant et grouillant a de quoi provoquer des cauchemars.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Les 10 épouses les plus incroyables du monde

Comment les animaux pleurent leurs morts