in ,

Shrek, le mouton qui a échappé à la tonte il y a 6 ans est retourné différent

Le nom Shrek vous est très certainement familier. Ce héros d’animation bougon et vert qui vit seul dans un marais et a pour seul ami un âne blagueur. Et si je vous disais qu’il existe un autre Shrek. Beaucoup moins vert, beaucoup moins ogre également, mais tout aussi bougon et amateur de solitude. Et bien vivant celui-ci ! Ça vous dit quelque chose ?

 

Le Shrek dont je vous parle aujourd’hui vivait en Nouvelle-Zélande, et il s’est fait connaître en 2004 pour avoir réaliser ce qu’aucun de ses semblables n’avait pu faire avant lui… Ça y’est, vous commencez à vous demander qui se cache derrière ce nom déjà bien connu ? Laissons tomber le suspens dès maintenant, et lançons sans plus attendre sur la piste de Shrek, l’aventurier Néo-Zélandais devenu la fierté d’une nation !

 

Il était une fois un mouton qui s’appelle Shrek

Source : voyage

La Nouvelle-Zélande est un pays vaste et lointain connu pour ses paysages montagneux et vierges de toutes traces de l’homme. Comme en attestent les images de la trilogie du Seigneur des anneaux, ses magnifiques plages, son rugby, sa culture maorie, et bien sûr, pour ses troupeaux de moutons.

Le pays compte en effet un très grand nombre de ces représentants laineux du règne animal. Ce dernier est estimé à 10 fois celui de la population humaine de l’archipel ! Mais, il y a mouton, et mouton.

La Nouvelle-Zélande est surtout connue pour la race Mérinos, une race de moutons considérée comme l’une des espèces d’ovins les plus laineuses dans le monde. En effet, cette race de mouton, élevée essentiellement pour sa laine, est connue pour sa toison épaisse et abondante qui pousse toute l’année.

Le pays des moutons frisés

Cependant, cette laine devient très encombrante si elle n’est pas tondue, et notamment lorsqu’il fait chaud. De plus, elle représente un véritable nid de parasites, ceci sans oublier le fait que les moutons, dits « frisés », sont plus fragiles que leurs cousins les mouflons.

Les mouflons, pour ceux qui se demanderaient ce que c’est, sont une race d’ovins sauvages, considérés aussi comme des moutons poilus, qui sont toutefois plus résistants à la chaleur.

Le mouton d’élevage, beaucoup moins résistant aux températures extrêmes nécessite quant à lui une tonte régulière, afin de lui permettre l’été de ne pas souffrir de la chaleur, et l’hiver de se protéger des basses températures.

La saison de la tonte en Nouvelle-Zélande

Source : entraid

En Nouvelle-Zélande, les moutons domestiques, notamment ceux de la race Mérinos, sont tondus au printemps, de la période qui s’étale du mois de septembre au mois de novembre.

Chaque année donc, durant cette période, les éleveurs de moutons mérinos font appel aux professionnels de la tonte. Ces derniers viennent alors débarrasser les animaux de leur laine, qui servira plus tard à la confection de vêtements et autres produits textiles.

Et puis, non seulement la tonte permet de récupérer la laine, mais elle est également bénéfique pour l’animal puisqu’elle est indispensable à son bien-être et à sa bonne santé. Toujours est-il que cette opération doit être bien faite car la tonte des moutons est un métier qui demande beaucoup d’adresse.

Mais revenons à nos… moutons !

Un beau jour de printemps, l’un des éleveurs de ces moutons mérinos a fait appel aux services de ces « coiffeurs » de moutons pour faire tondre son troupeau.

Source : odt

Le moment venu, tous les moutons attendaient leur tour pour passer sous les mains expertes du tondeur afin de se débarrasser de leur épais manteau de laine. Tous, sauf un ! Et celui-là s’appelle Shrek. Eh oui ! Shrek n’était pas un mouton comme les autres, et vous allez découvrir pourquoi !

Shrek est né le 27 novembre 1994. Il a grandi à « Bendigo Station », une ferme située sur la petite colonie agricole de Tarras, sur l’île du sud de la Nouvelle-Zélande.

Shrek a soudainement pris une décision

Il faisait partie d’un grand troupeau de moutons Mérinos comme lui. Mais un beau jour, au printemps 1998, alors qu’il avait à peine 4 ans, le mouton s’est échappé de son enclos ! En effet, il avait décidé de fuguer (oui, fuguer ! Car chez les moutons, lorsqu’on a 4 ans, on est apparemment déjà un adolescent).

Mais, n’allez pas imaginer qu’il était parti retrouver quelque brebis ou qu’il s’en était allé sans raison, car, il y en avait bien une, et elle était importante même !

Le mouton Shrek avait horreur de la tonte

Source : rnz

Eh oui ! On ne sait pas vraiment pourquoi, mais Shrek détestait l’idée de devoir se faire tondre. Certainement une des nombreuses raisons, qui poussent les jeunes ados humains à se teindre les cheveux, ou à adopter des coiffures farfelues !).

Mais comme il n’y avait aucun moyen pour lui d’échapper à la lame du tondeur, Shrek n’avait qu’une solution devant lui : se séparer de son troupeau et partir loin, très loin ! Et c’est ainsi qu’a commencé l’aventure du mouton Shrek.

Une petite refuge dans les grottes

Désormais libre et n’ayant plus à craindre la tonte, le mouton a trouvé refuge dans une grotte montagneuse. C’est là, en pleine nature, qu’il décide de s’abriter et de vivre. Et il y restera pendant très, très longtemps.

Cependant, la cavale de Shrek va prendre fin en 2004. Le mouton rebelle et fugueur aura passé 6 années entières dans son abri montagneux depuis  sa disparition ! Et c’est là justement qu’un berger l’aurait trouvé finalement, le 15 avril 2004.

Mais, le plus surprenant, c’est que Shrek ne ressemblait plus du tout au mouton qu’il était au début. Non pas parce qu’il était devenu agressif ou dangereux, mais parce que sa laine avait incroyablement poussé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

10 acteurs qui ont subi d’incroyables transformations pour des films

Qui est Jonhatan Galindo et quel mystère cache-t-il ?