in

Saviez-vous comment sont-elles fabriquées ces choses ?

Il existe un bon nombre de choses que nous utilisons ou que nous consommons au quotidien, sans vraiment savoir comment elles sont fabriquées. Saviez-vous par exemple d’où viennent les mouchoirs en papier, comment sont fabriqués les jeans que vous portez, ou encore, saviez-vous de quoi sont faits les poils de votre brosse à dents ?

 

C’est ce que nous allons découvrir dans la vidéo d’aujourd’hui ! Installez-vous donc confortablement car voici 7 choses que vous utilisez tous les jours sans savoir comment elles sont fabriquées. C’est parti !

 

Saviez-vous comment le scotch est-il fabriqué ?

Source : Youtube

Le mot « scotch », appellation courante utilisée pour désigner le ruban adhésif, est en fait une marque américaine apparue en 1930 ? Le scotch, ou ruban adhésif, peu importe son appellation, est l’un des produits les plus utilisés au quotidien.

Comme tout le monde le sait, ce produit sert principalement à assembler deux choses ou plus en les collant ensemble. Mais je suis presque certain que vous ignorez comment on fabrique ce produit qui est presque indispensable.

Vous êtes-vous déjà demandé comment on enroule le ruban adhésif, comment on ajoute la colle qui lui donnera sa caractéristique principale. Et bien sûr, comment fait-on pour ne pas se coller les doigts au cours de sa fabrication ?

Eh bien, nous allons répondre à toutes ces questions

Mais comme vous pouvez déjà l’imaginer, la fabrication du ruban adhésif n’a rien de simple. Elle est même très complexe et peut se faire selon différents procédés.

Nous allons vous parler de l’une des méthodes classiques qui commence par la production de la substance adhésive selon un procédé chimique, où les composants de la colle sont mélangés les uns aux autres.

comment sont il fabriqués les rubans adhésifs

Source : rubypackaging

Une fois préparé, l’adhésif est ensuite appliqué finement sur le support qui est généralement en plastique. Cette application se fait avec un solvant organique ou bien avec de l’eau. Le support passe ensuite par un tunnel de séchage.

Le solvant est évaporé et l’adhésif est fermement relié au support. Bien sûr, le produit qui sort de la machine n’a pas encore la forme de longues bandes étroites. Il s’agit plutôt de bandes larges qu’on enroule par un grand et large rouleau.

Puis elles sont revêtues et séchées si nécessaire avant de les enrouler à nouveau dans leur intégralité. Enfin, on coupe les rouleaux dans une autre machine en plusieurs petits rouleaux avant leur emballage.

 ➡ Aller plus loin avec…un ruban adhésif double face puissant

L’histoire du fameux jean

Source : Youtube

L’histoire du jean remonte à la fin du XIXème siècle où il était porté par les hommes comme vêtement de travail, notamment par les cow-boys qui le choisissaient pour sa robustesse et son confort.

On raconte qu’on a confectionné les premiers jeans à partir d’un tissu spécial appelé « toile de Nîmes ». Vous comprenez donc d’où vient le mot « denim », le tissu utilisé pour la confection du jean.

Ce tissu aurait été utilisé par un certain Levi Strauss

Depuis cette époque-là et jusqu’à nos jours, le jean n’a pas pris une ride. C’est aujourd’hui l’un des vêtements les plus portés dans le monde. Et il est très fréquent d’en trouver dans chaque magasin.

Mais ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que le jean suit un long parcours avant qu’on le porte. En effet, sa fabrication passe par plusieurs étapes qui commencent tout d’abord avec la cueillette du coton.

comment fabriquer jean

Source : verygoodlord

On estime à environ 600 g la quantité de coton qu’il faut pour fabriquer une seule paire de jeans. Ce coton est par la suite trié, nettoyé et travaillé pour obtenir la fibre de base qui donnera le fil de coton.

Place à la couleur maintenant !

Les bobines de fil sont trempées dans une teinture d’indigo, la fameuse couleur du jean, puis séchées à l’air libre avant de passer au tissage de la toile. On obtient la toile du jean par un maillage un peu irrégulier de fil blanc et de fil bleu qui donne au jean son aspect bien spécifique.

Il ne reste ensuite qu’à y découper les différents morceaux qui composeront le jean. Au fait, il faut compter à peu près 10 pièces pour un pantalon.

Ces pièces-là sont par la suite assemblés et cousus, avant d’ajouter les boutons, la fermeture Eclair et autres éléments nécessaires pour la finition.

Et voilà ! Il ne restera plus qu’à repasser le vêtement pour aplatir les coutures, puis le délaver pour l’adoucir et lui donner une belle patine, c’est-à-dire la couleur qu’il prendra avec le temps.

 ➡ Aller plus loin avec…des boutons de jean de remplacement

Les mouchoirs en papier : « Kleenex »

comment fabriquer kleenex

Source : reviewed

C’est en 1924 que la société américaine Kimberly-Clark a inventé les lingettes démaquillantes destinées surtout aux stars d’Hollywood. Mais un beau jour de 1929, quand Ernst Mahler, le dirigeant de Kimberly-Clark à cette époque, s’est mouché dans une lingette, il venait d’en découvrir un nouvel usage.

Le mouchoir en papier jetable était né. Et avec, la marque « Kleenex » qui deviendra par la suite un nom générique utilisé pour désigner ce produit qui nous vient d’Amérique et qui a remplacé au fil des années le fameux mouchoir en tissu.

En étui ou bien en boîte, les mouchoirs en papier font partie aujourd’hui des produits de tous les jours dont personne ne peut se passer. Ils sont pratiques et hygiéniques, utilisables n’importe où.

Saviez-vous comment sont faits les fameux « Kleenex »?

Pour la fabrication de ces mouchoirs, on utilise des tonnes de pâte à papier. Une matière première fabriquée à partir de cellulose de bois, qui provient notamment d’arbres feuillus comme le bouleau.

Source : caminteresse

On dilue ensuite cette pâte à papier dans de l’eau tiède. Le mélange, qu’on étale sur plusieurs mètres de long et quelques mètres de large, est ensuite séché après être passé entre des cylindres chauffés à très haute température. Ce qui donne une sorte de ruban d’une très faible épaisseur.

Ce ruban sera ensuite roulé avant d’être découpé en morceaux avec des scies à haute précision afin d’obtenir des bords parfaits et non effilochés.

Puis, on assemble les morceaux couches pour constituer le futur mouchoir. Il ne restera plus qu’à le plier pour le mettre en boîte ou dans les étuis en plastique, après l’avoir imprimé ou aspergé de lotion le cas échéant.

 ➡ Aller plus loin avec…une boîte à mouchoir tissée en roseaux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Occitanie : une détenue transgenre obtient son transfert vers le quartier des femmes

Espagne : vers une garde alternée pour les animaux en cas de divorce