in ,

Nouvelle-Zélande : la population d’une espèce de mini-perroquets a doublé en 2020

perroquet population doubler Zélande
2020 a été une année exceptionnelle pour les perroquets au front orange. Cette espèce que les scientifiques considéraient comme disparue à une certaine époque renaît de ces cendres.

 

Les sympathiques oiseaux de Nouvelle Zélande ont vu leur population doubler à l’occasion des circonstances naturelles fort favorables.

 



Les perroquets kakariki karaka de la Nouvelle-Zélande

Source :edition.cnn.com

Les perroquets Kakariki Karaka, espèce d’oiseaux vivant en Nouvelle-Zélande, ont connu une saison de reproduction extraordinaire. Ils ont vu leur population doubler, avec la venue au monde de 150 oisillons.

« Cette année il y a tout simplement trois fois plus de nids que l’année dernière. Et c c’est une grande nouvelle », affirme Eugénie Sage, ministre de la conservation.

Des conditions plus que favorables

Mais si la prolifération de ces perroquets de Nouvelle-Zélande a atteint son apogée, c’est pour de bonnes raisons. Ainsi, selon le département de conservation néo-zélandais, l’ampleur du phénomène de reproduction observée cette année est due en grande partie à l’abondance des graines de hêtre.

C’est justement cet aliment, riche en vitamine D, qui constitue le plus grand précurseur de fertilité chez ces petits habitants des forets en Nouvelle-Zélande. En effet , la quantité de ces graines a véritablement atteint la plus grande proportion observée lors des 40 dernières années.

Kakariki karaka : une espèce en danger

perroquet population doubler Zélande

Source: aucklandzoo.co.nz

Il ne faut surtout pas oublier que le Kakariki karaka de Nouvelle-Zélande, appelée aussi perroquet de Malherbe, a été longtemps considéré comme une espèce éteinte.

Justement, ce n’est qu’en 1993 qu’on a pu les repérer de nouveau à l’état sauvage. Plus précisément dans la région du Canterbury.

Des efforts à gratifier

Dans ce contexte, il convient de citer que plusieurs intervenants ont conjugué leur efforts pour atteindre une telle réussite. A l’image du comité de la conservation.Ce dernier a justement lancé un programme de reproduction en captivité dès 2003.

Ensuite, il a pu relâcher dans la nature plus de 191 oiseaux de l’espèce entre 2015 et 2019. Sans oublier l’association écologiste  Christchurch Helicopters qui en a remis en liberté 62 en 2019.

Horizons prometteurs pour les perroquets de Nouvelle-Zélande

perroquet population doubler Zélande

Source : aucklandzoo.co.nz

Tous ces efforts méritent d’être loués, cependant, la bataille pour la préservation des perroquets à fronts oranges est loin d’être remportée.

En effet, bien que les protecteurs de la biodiversité aient entrepris des démarches colossales, certains dangers menacent toujours la pérennité de l’espèce.

Premier danger: les prédateurs

Ceci peut paraître contradictoire, mais l’abondance des graines de hêtre n’a pas que des bienfaits. Car c’est justement l’un des aliments dont les rats et les hermines, principaux prédateurs des Kakariki karaka, raffolent.

Et ce n’est pas tout ! Les petits perroquets de Nouvelle-Zélande souffrent aussi de l’exploitation abusive des ressources naturelles.

D’autres menaces

Plus encore, ils ont aussi besoin de hêtres assez vieux pour pouvoir leur procurer des creux, ou bien pour bâtir leurs nids. Ce qui est un privilège peu courant dans la foret côtière où ils logent.

Toutefois, si ces perroquets de Nouvelle-Zélande sont fortement menacés, les efforts réalisés pour sauver l’espèce sont néanmoins très significatifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Les 10 animaux retrouvés complètement gelés sous la glace

Kanye West Jesus Tok

Kanye West souhaite créer « Jesus Tok », une version chrétienne de TikTok