in

Les défis mortels du net : Jonathan Galindo et Blue Whale Challenge

L’article continue en page suivante

Depuis que l’homme existe, il y a toujours eu des challenges et des défis à relever, car c’est bel et bien ancré dans sa propre nature ! Mais il y a des défis que nul ne devrait tenter, sous peine de voir sa vie détruite à tout jamais ! Le défi de « Jonathan Galindo » en fait assurément partie, car sous ce nom aux apparences anodines, se cache en réalité, un terrible et sombre secret.

 

Qu’en est-il vraiment de ce challenge, qui s’apparente beaucoup à une de ces horribles légendes urbaines ou à un terrifiant creepy pasta ? Coure-t-on vraiment un danger mortel lorsqu’on y participe ? Et qui se cache réellement derrière l’identité du mystérieux Jonathan Galindo, dont le visage est toujours dissimulé par un affreux masque de Dingo ? Nous avons enquêté pour vous, et nous vous livrons dans cet article, tout ce que nous avons bien pu découvrir !

 

Les défis mortels du net

Source : nypost

Avant de vous parler de l’énigmatique Jonathan Galindo, on aimerait déjà vous situer un peu plus dans ce contexte particulier des challenges et des défis sur le net.

Car si heureusement, la plupart d’entre eux ne sont que des jeux inoffensifs et puerils, tels que le bottle cup challenge ou le Ice bucket challenge, on retrouve toutefois parfois des défis qui n’ont strictement rien à voir avec l’amusement.

Blue Whale Challenge

Vous vous souvenez forcément du Blue Whale Challenge, ce défi viral sur les réseaux sociaux, et qui avait hélas coûté la vie à plusieurs jeunes enfants et adolescents à travers le monde.

Le « Blue Whale Challenge » ou défi de la baleine bleue, était apparu en 2016 et se composait de 50 défis à accomplir sur une période de 50 jours, soit un défi par jour.

D’abord anodins, comme le fait d’écrire F57 sur sa main ou de dessiner un cétacé sur une feuille de papier, les défis devenaient de plus en plus inquiétants, à mesure que les jours passaient et que le joueur accomplissaient les taches requises.

Parfois c’est traumatisant !

Après ces amuse-gueules, les participants devaient en effet affronter des défis plus lugubres, comme le fait de se réveiller à 4h20 du matin, afin de regarder des vidéos effrayantes ou d’écouter de la musique triste et envoutante. Les taches qui leur sont ensuite assignés par un « parrain », sont encore plus dangereuses et traumatisantes, consistant par exemple à se scarifier et à s’auto mutiler.

Certaines missions sont littéralement périlleuses et mettent directement la vie du joueur en danger mortel, comme le fait de se prendre en selfie dans des endroits extrêmement dangereux, tel le rebord d’un toit ou d’un pont

Ce terrible jeu devenant de plus en plus dangereux, les pauvres participants n’avaient d’autres choix que de se plier à ses règles et devaient ensuite poster une photo ou une vidéo en ligne, prouvant l’accomplissement de la tâche assignée.

Sous le control total du parrain

Car une fois le Blue Whale Challenge entamé, vous ne pouvez plus en sortir, à moins de le terminer. Et si jamais vous faites marche arrière, vous serez physiquement menacé par votre parrain secret du jeu, qui vous contactera et vous promettra les pires représailles.

Source : france3-regions.francetvinfo

Le pauvre joueur n’a donc qu’une seule alternative, et doit donc continuer le jeu même contre son gré, pour pouvoir sortir enfin de ce cercle infernal.

Mais ce que ne savait pas ces malheureux participants, c’est qu’ils n’allaient jamais pouvoir échapper vivants de ce jeu. Car comme vous vous en doutiez, la mission finale vous délivre bel et bien du jeu, mais aussi de la vie.

Une incitation au suicide

Le 50e défi du Blue Whale challenge ne consistait en effet, ni plus ni moins qu’à se suicider, telles les gigantesques baleines bleues qui s’échouent volontairement sur les cotes afin d’y mourir, d’où le nom justement de ce terrible jeu.

Et laisser ainsi toute sa famille et ses proches dans un deuil et un état de choc traumatique totalement insurmontable.

Car personne ne pouvait s’attendre au sein des familles des participants, à ce qu’un de leur membre puisse attenter à sa propre vie et à se diriger vers le suicide.

Source : liberte-algerie

Et pourtant ce sont plusieurs pays qui ont été touché par ce fléau, dont la France, qui avait heureusement rapidement saisi la portée du danger et les conséquences néfastes de ce challenge, et qui avait agi promptement pour l’endiguer.

Mais ce ne fut pas hélas, le cas pour toutes les contrées où le Blue Whale Challenge avait émergé ! C’est ainsi que les autorités russes ont pu recenser plus de 80 cas de suicide chez les jeunes, et qui étaient tous en relation étroite avec ce terrifiant et ignoble challenge. Certaines sources, encore plus alarmistes, ont fait état de plus de 130 victimes.

Les créateurs de blue whale challenge

C’est d’ailleurs suite à cette véritable hécatombe en Russie, que le blue whale challenge a pu être médiatisé et que les parents de jeunes enfants se sont enfin rendu compte de la gravité de la situation et du danger sournois qui guettait leurs enfants.

La police russe avait fini par arrêter trois jeunes hommes, soupçonnés de l’avoir créé et diffusé, Philippe Boudeïkine, Philipp Liss, et More Kitov, que la justice russe avait inculpé d’incitation au suicide et a condamné à la prison ferme.

Ces derniers seraient, selon toute vraisemblance, les instigateurs de ce terrible défi de la baleine bleue, bien que l’enquête ait été bâclée et que le niveau d’incompétence policière en Russie, atteint parfois des sommets.

La vérité sur Jonathan Galindo

Source : parallaximag

Ce qui nous amène donc à notre sujet principal, le mystérieux et terrifiant Jonathan Galindo, et son challenge mortel.

Car tout comme le terrible défi de la baleine bleue, le Jonathan Galindo challenge est aussi apparu subrepticement et d’une manière totalement inaperçue sur le web.

Arborant un masque extrêmement flippant d’un Dingo malsain et souriant à pleines dents, le personnage de Galindo a été vu pour la première fois sur une video de l’application de réseau social, Tik Tok.

L’utilisateur associé à ce compte créé en 2019, s’appelle « @jonathangalindo54 », avec la mention « 666 I recommend you do not speak to me 666 », soit en français, je vous conseille de ne pas me parler !

Un message qui éveille la curiosité

Le nombre 666 est en fait une allusion très claire au satanisme. Puisqu’on a souvent associé ce nombre à la bête dans la tradition chrétienne.

Tandis que le message qui se trouve entre ces deux nombres maléfiques est tel une ultime avertissement, censé dissuader toute personne curieuse qui tenterait d’entrer en contact avec lui.

Cet utilisateur énigmatique avait posté deux vidéos plutôt banales, où on a pu découvrir ce personnage arborant un masque de Dingo tout droit sorti d’un film d’horreur.

Ces vidéos seront vus plus de 800 milles fois, tandis que prés de 16 milles utilisateurs de Tik Tok, se sont abonnés à son compte. Lui-même n’était abonné qu’aux comptes de deux jeunes fillettes, dont l’une s’appelait Madison, et qui toutes deux n’avaient strictement rien à voir avec le challenge, puisqu’elles n’ont jamais été approchées ou même, entrées en contact avec Galindo.

Ainsi, à part deux vidéos tristement banales, ainsi qu’un sombre message de mise en garde, le compte de @jonathangalindo54 n’a rien de trop flippant.

Un déguisement raté de Dingo

Si ce n’est peut être le masque ridicule de l’ami loufoque de Mickey Mouse, le célèbre Dingo, qui est ici caricaturé à outrance avec un maquillage et des accessoires bas de gamme.

Source : parallaximag

Jusqu’ici en effet, le seul crime dont on pourrait accuser ce triste personnage, c’est d’avoir complètement raté son déguisement de Dingo, et d’avoir un petit penchant satanique et gothique, ce qui n’est pas peu commun malheureusement.

Mais alors d’où vient cette sordide légende urbaine, voulant que Jonathan Galindo soit un sombre personnage qui hanterait le web, et à qui il ne faudrait jamais adresser la parole ? Et pour quelle raison justement, coure-t-on un grave danger en s’adressant à lui ?

L’article continue en page suivante

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chargement…

Chargement…

0

Les 10 parcs d’attraction les plus hallucinants au monde

Vrai tarzan

Ho Van Lang : le vrai Tarzan qui a vécu pendant 40 ans dans la jungle