in ,

Blanche Monnier, enfermée pendant 25 ans parce qu’elle était amoureuse

"Blanche Monnier", ce nom ne vous dit peut-être rien, mais son histoire a été l'une des plus grandes affaires criminelles du 20ème siècle. Derrière ce nom, se cache une terrible histoire où l'amour a fait plus de mal que de bien. Installez-vous confortablement, aujourd'hui nous remonterons le temps, pour atterrir en mai 1901 dans l'ouest de la France, là où l'on a découvert la "séquestrée de Poitiers".

 

Cette histoire a laissé couler beaucoup d'encre, et c'est le cas de le dire puisqu'elle fait aujourd'hui l'objet de grands ouvrages. Si vous voulez tout savoir à propos de cette femme et de cette ignoble affaire dans laquelle elle a été impliquée, restez avec nous, on vous promet un dossier bien, bien juteux! Et on commence!

 

Une lettre accusatoire

Source : mysteriesrunsolved

Tout commence par un matin de mai 1901, lorsque le procureur général de Poitiers reçoit une lettre anonyme, qui dénonçait un fait « d’une exceptionnelle gravité ».

En fait, la lettre parlait d’une jeune fille qu’on a enfermé dans la maison d’une certaine « madame Monnier », privée de nourriture et vivant dans des conditions insalubres et ce, depuis 25 ans.

Source : mysteriesrunsolved

Il est vrai que ce n’était pas la première fois que de tels propos arrivaient aux oreilles du procureur. En effer,dans la région de Poitiers, les rumeurs sur Blanche Monnier fusaient de partout depuis déjà plusieurs années.

La mère a su convaincre les autres

En effet, cela faisait quelques temps que dans la ville, on parlait de cette fille issue d’une famille bourgeoise qui vivait recluse. Mais on disait aussi qu’elle était folle et qu’il valait mieux qu’elle reste enfermée chez elle, auprès de sa mère Louise Monnier.

La version de cette mère veuve qui ne faisait que « protéger » sa fille, convenait donc à tout le monde, et l’affaire n’avait pas connu de suite. Les pouvoirs publics qui avaient pris connaissance de l’histoire ont préféré faire l’autruche, prétextant qu’il ne fallait tout simplement pas « se mêler des affaires personnelles des gens« .

Source : supercurioso

Mais cette fois-ci c’était différent, la lettre était on ne peut plus claire : elle accusait ouvertement Madame Monnier de séquestrer sa propre fille, et de lui faire subir les pires tortures.

Une enquête s’ouvre alors au commissariat central de Poitiers, sous la main d’un commissaire qui l’après-midi même de ce 23 Mai, accompagné de ses gendarmes, va toquer à la porte des Monnier au 21 Rue de la Visitation.

Les gendarmes ont décrit une maison luxueuse, semblable à un hôtel particulier. Au deuxième étage de la demeure, une fenêtre fermée attire sur le champ l’attention du commissaire. C’était la seule d’ailleurs qui était fermée sur la façade.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
chats morts congélateur

Besançon : 60 chats découverts morts dans un congélateur

12 moments insolites vécus par des arbitres femmes