in ,

Les personnes qui ont survécu à l’impossible

Depuis des millénaires, l’homme devenait l’espèce dominante sur cette planète et au cours de cette longue période, il a eu un seul but: survivre. Et même si nous avons fait un grand effort dans ce sens, cela ne veut pas dire que nous subsisterons pour toujours. Face aux forces dures de la nature, il est souvent difficile, voire impossible, de vivre éternellement.

 

Cependant, il y a certains cas où des personnes ont réussi à tromper la mort… Voici les personnes qui ont survécu a l’impossible.

 

Juliane Koepcke : l’histoire d’un miracle


Source : Wikipedia

Juliane Koepcke fut l’unique survivante du crash du vol 508 LANZA en 1971. Après être entrée dans une zone de fortes turbulences, l’avion a été frappé en plein vol par la foudre, ce qui l’a cassé en deux.

Koepcke est restée coincée et attachée à son siège, quand elle est tombée de l’avion. Elle survécu miraculeusement à l’accident ! Et à sa chute avec pour seules blessures une clavicule cassée, une plaie au bras droit et un œil au beurre noir.

Un grand miracle

La miraculeuse femme, qui a survécu à l’impossible, déclara en parlant du crash « j’étais complétement bloquée dans mon siège pendant la chute. J’ai dû réussir à me tourner et à amortir le choc ainsi, sinon je n’aurais pas pu survivre ».

Après sa chute en pleine forêt amazonienne, Koepcke remonta le cours d’un ruisseau à la marche pendant 10 jours. Et cela jusqu’à ce qu’elle tombe sur une cabane de bûcherons locaux. Elle les attendit là, et finit ensuite par être ramenée à la civilisation en canoë.

Baya Bakari


Source : Wikipedia

Le 30 juin 2009, l’Airbus A310 de la compagnie Yemenia qui transportait entre autres Baya Bakari, une adolescente alors âgée de 14 ans, s’est abîmé dans l’océan Indien au large des Comores.

Seule survivante de l’accident, la jeune fille raconte avoir passé de nombreuses heures dans l’eau. Elle attendait les secours, alors qu’elle entendait plusieurs personnes appeler à l’aide.

Un pêcheur comorien l’aurait finalement sauvée au petit matin. Selon elle, on pouvait sauver bien d’autres vies. Le phénomène des avions-poubelles, ou ces appareils trop vieux qui sont toujours en circulation dans de petites compagnies aériennes, comme Yemenia, furent alors pointés du doigt.

Marwani, une parmi les personnes qui ont survécu à l’impossible


Source : Freepik

Marwani fut parmi les victimes d’une tornade terrible qui passa sur la ville de Suak Bidok en Indonésie. Sa maison était à quelques pas de la mer au moment du drame. Un tsunami.

Quand elle aperçut la vague arriver, elle attrapa ses deux enfants et se mit à couvert derrière la maison en espérant qu’elle éviterait ainsi la violence du choc. Lorsque le tsunami frappa, elle le décrivit « comme un train ».

Elle raconta : « les enfants s’accrochèrent à mes épaules mais furent forcés de lâcher prise quand j’ai été renversée par les eaux et portée à terre ». Marwani, son mari et ses deux enfants les plus âgés survécurent à la catastrophe. Malheureusement ses deux jeunes enfants ne furent jamais retrouvés.

Okene Harrison


Source : BBC

Le 26 mai 2013, le remorqueur Jascon-4 affrété par la compagnie pétrolière américaine Chevron faisait naufrage au large des côtes du Nigeria. Une tragédie qui se solde à l’époque par 11 morts et une disparition : celle d’Okene Harrison, un survécu à l’impossible.

Cuisinier sur le bateau au moment où l’accident arrive et où le bateau se retourne, Okene Harrison, 29 ans, se précipite dans la pièce qui servait initialement de toilettes pour tenter d’échapper à la noyade.

Là, une bulle d’air se forme miraculeusement, permettant au jeune homme de pouvoir respirer. « J’étais dans l’eau et totalement dans le noir. Je pensais sincèrement que je signais mon arrêt de mort. Je me disais constamment que l’eau aurait fini par remplir le peu d’air qu’il me restait », a raconté Okene Harrison, dans un récit relayé par le journal The Sun.

Un sauvetage périlleux et hors norme

Sans boire, ni manger durant près de trois longs jours et entouré d’eau salée, qui lui ronge peu à peu la peau, Okene Harrison attend les secours qu’il espère voir arriver rapidement.

Soixante deux heures après le naufrage, son calvaire prend fin lorsque les membres de la société de sauvetage DCN réalise un sauvetage périlleux et hors norme, qu’ils ne manquent pas de filmer pour finalement publier la vidéo sur le web.

Rapidement amené à l’hôpital, Okene Harrison a du passer 60 heures dans une chambre de décompression. Ils tentaient de permettre à son corps de retrouver une pression normale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Des personnes reconnues innocentes après avoir passé toutes leurs vies en prison !

Les personnes qui ont les muscles les plus étranges