in ,

Les perroquets les plus incroyables et les plus uniques

Les perroquets sont des oiseaux agréables à voir, avec leur plumage aux couleurs chatoyantes et leur fière allure lorsqu’ils sont perchés. Bien que l’on ait souvent tendance à croire qu’il n’existe pas beaucoup d’espèces de ces oiseaux, en dehors des fameux aras, le monde des perroquets est beaucoup plus diversifié que vous ne l’imaginez.

 

Certaines espèces de perroquets sont même extraordinairement belles et uniques. Avez-vous déjà vu un cacatoès Rosalbin, une perruche plumeau ou une conure dorée ? Non ? C’est ce que nous allons découvrir ensemble aujourd’hui ! Voici les 9 espèces de perroquets les plus incroyables et les plus uniques au monde ! C’est parti !

 

La Kakapo : Un perroquet incroyable

Source : faunesauvage

Originaire de Nouvelle-Zélande, ce perroquet appelé aussi perroquet-hibou, est le plus gros perroquet du monde. Son nom, « kakapo », signifie « perroquet de nuit » en langue maori car en effet, il s’agit d’un oiseau nocturne.

Il se caractérise par son magnifique plumage vert et jaune et par sa taille qui peut aller jusqu’à 60 cm, tandis que son poids peut atteindre les 4 kg chez le mâle. Le kakapo vit à l’état sauvage dans les îles situées au large des côtes néozélandaises.

Son espérance de vie peut aller jusqu’à 100 ans. Il ne peut pas voler, cependant, il est capable de courir grâce à ses pattes solides.

Une espèce de perroquet bizarre en danger

Par ailleurs, il possède un excellent odorat. Le kakapo se nourrit de fruits, de graines, de bulbes, et notamment de baies de rimu. C’est une plante qui pousse en Nouvelle-Zélande, et qui est responsable de la bonne santé, et de la fertilité chez ces oiseaux.

Par ailleurs, il paraît que cette espèce en danger, qu’on a crue éteinte il y a longtemps, ait profité récemment d’une abondance de nourriture, grâce au réchauffement climatique !

Sachant que les femelles ne s’accouplent que tous les deux à quatre ans, lorsqu’elles disposent de suffisamment de baies de rimu. Ce réchauffement a donc entraîné un nombre record de naissances, d’après quelques scientifiques néo-zélandais.

On pourra donc voir proliférer la population de cet oiseau, qui est étroitement surveillé. Et qui jouit d’une grande protection en Nouvelle-Zélande.

La conure dorée

Source : pixabay

Dans les forêts tropicales humides du nord du Brésil, vit ce magnifique oiseau au plumage jaune vif unique qui se détache du vert des feuillages. La conure dorée est un perroquet  sauvage de petite taille qui mesure quelques 36 cm pour un poids qui n’atteint pas les 300 g.

Elle se nourrit principalement de fruits, de baies, de graines et de noix. Par ailleurs, bien que l’on pense parfois que cet oiseau actif n’est pas spécialement social, on estime néanmoins qu’il peut parfaitement vivre en groupe.

Un perroquet qui vit très longtemps

En effet, deux ou trois couples de conures dorées peuvent très bien cohabiter et élever ensemble les petits. La conure dorée peut vivre parfois jusqu’à 30 ans.

Cependant, elle fait partie des espèces de perroquets les plus menacées de disparition, notamment à cause de la déforestation qui détruit son habitat. D’ailleurs, il y a quelques années, on estimait qu’il n’en restait que 2.500 conures dorées au maximum à l’état sauvage.

Le cacatoès noir

Source : 20minutes

Il n’y a pas que des perroquets jaunes, bleus ou verts, mais aussi noirs ! Cet oiseau forestier au plumage sombre et magnifique fait partie des plus grandes espèces de perroquets, avec un poids pouvant dépasser 1 kg.

Il vit généralement en petits groupes dans les forêts du nord de l’Australie et de la Nouvelle-Guinée. En revanche, il fait son nid dans des cavités naturelles qui existent déjà car il est incapable de creuser des trous dans les arbres.

Un plumage et une huppe uniques

Le cacatoès noir se nourrit de graines, de noix et de fruits, notamment ceux qui proviennent de certains palmiers. Il se caractérise par son magnifique plumage noir et sa belle crête hérissée sur la tête.

Source : ebird

Mais ce qui distingue le plus cet oiseau, outre son plumage et sa belle huppe, c’est sa capacité de « jouer » de la musique lors de la saison de reproduction !

En effet, pour séduire la femelle, le cacatoès noir crée des percussions à l’aide d’un bâton de bois taillé ! Un moyen original qui n’existerait chez aucun autre animal ! On dénombrait quelques cinq sous- espèces de cacatoès noirs à queue rouge qui sont officiellement reconnues.

Une nouvelle espèce est apparue !

Toutefois, une nouvelle sous-espèce vient d’être découverte tout récemment en Australie. D’après les scientifiques, cette nouvelle race ne comporte pas les mêmes compositions génétiques que les autres sous-espèces.

Certaines des données génétiques, qui ont été extraites de ces spécimens, avaient même plus de 100 ans ! Les scientifiques se pencheront alors sur l’étude de cette nouvelle sous-espèce, ce qui devra leur permettre de trouver les stratégies de conservation nécessaires à la survie de cet oiseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
vaccin ougandais covid-19

Covid-19 : les essais du vaccin ougandais vont démarrer en décembre

San Diego : Des étudiants offrent à la cantinière une voiture