in

Les oiseaux les plus dangereux du monde

Vous connaissez la différence entre un pigeon et un vautour. L'un peut combler votre cœur d'amour et l'autre vous effrayera certainement. C'est le petit monde des oiseaux - parfaitement hétéroclite. Certains peuvent apporter la paix et la joie, d'autres peuvent causer des ennuis et d'autres encore peuvent même tuer.

 

D’ailleurs, quelques espèces d’oiseaux peuvent s’avérer très offensives et causer de sérieuses blessures. Des volatiles beaucoup plus dangereux que le gentil moineau qui vient chanter à nos fenêtres. Pour cette raison, nous avons pensé à vous présenter une sélection des oiseaux les plus dangereux du monde. On commence !

 

L’autruche


Source : Freepik

Avec ses 2,50 m de haut et ses 130 kg, l’autruche mâle est le plus grand et le plus lourd des oiseaux actuels. Incapable de voler, l’autruche habite dans la savane la plupart du temps. Mais se rend dans des endroits humides pour pondre.

Pour ce qui est des habitudes alimentaires, elle est essentiellement herbivore. Mais son régime est varié ! Elle est en gros capable d’ingérer tout ce qui passe à portée de son bec.

Contrairement à des pays européens voisins comme la Belgique par exemple, la France ne considère pas l’autruche comme un animal domestique. Elle la met sur la liste des espèces connues comme étant dangereuses.

Un oiseau très agressif

Les éleveurs, titulaires d’un certificat de capacité pour son entretien, eux-mêmes conviennent qu’un oiseau de cette taille ne se manipule pas comme un poulet. Cela est compréhensible, puisque cet oiseau peut tuer un humain avec un coup de patte. Et ça peut arriver si elle se sent véritablement en danger.

La principale justification de ces comportements jugés brutaux tient à la nature sauvage de l’autruche. Les mâles comme souvent , étant réputés les plus agressifs. La vitesse de sa course de même que la puissance des jambes lui servent de moyen de défense.

Dans la nature, ils seraient capables d’éventrer un lion avec la griffe située à l’extrémité de l’un des deux doigts, au bout de leurs pattes surpuissantes. Les autruches causent environ deux morts humaines par an, en voulant défendre leur territoire.

Le casoar à casque, un des oiseaux les plus dangereux


Source : Freepik

Vous avez peut être entendu parler de ce fait divers aux infos : En Avril 2019 , un homme qui nourrissait ses oiseaux en Floride aux États unis, a eu le malheur de tomber par inadvertance. Il s’est immédiatement fait attaquer par un de ces oiseaux, et il en est décédé peu de temps après.

Cet oiseau était un casoar à casque, et c’est normalement le genre d’oiseau que l’on ne voudrait pas trouver dans son jardin. Ce volatile rare est considéré comme l’oiseau le plus dangereux pour l’être humain.

Ses mensurations peuvent être impressionnantes, puisqu’il peut atteindre un poids de 70 kg, pour une taille comprise entre 1,5 et 1,8 mètre. Ses pattes sont dotées d’une puissante griffe longue de 12 cm.

Oiseau agressif dans la présence des poussins

L’animal est capable de sauter en l’air, et de blesser mortellement son adversaire d’un seul coup de patte. Il vit dans les îles d’Arou et Seram d’Indonésie, en Nouvelle Guinée et au nord-est de l’Australie, et fréquente en général les forêts pluviales.

Le casoar est solitaire en dehors de la saison de reproduction, et défend son territoire toute l’année. Cet oiseau dangereux très timide et difficile à observer, disparaît habituellement dans l’épaisseur de la forêt, dès qu’un intrus s’approche.

Mais son comportement a progressivement changé, car les touristes et les habitants ont eu l’habitude de le nourrir.

Désormais, il s’approche plus facilement de l’homme, en plus de témoigner une certaine violence. Pendant la saison de reproduction par exemple, le casoar à casque devient agressif, principalement quand les poussins sont présents.

Des blessures mortelles pour les humains

Avant d’attaquer, il effectue une parade menaçante en arquant son corps vers le haut et gonflant les plumes du croupion. Ensuite, il courbe le cou avec le bec dirigé vers le sol. Tandis qu’il émet un son profond et retentissant en balançant son corps.

Sa longue griffe du doigt interne, aussi redoutable qu’un poignard, est une arme très dangereuse pouvant causer des blessures mortelles aux humains ou aux chiens. Mais les agressions délibérées ne sont pas courantes et en général, seules les parades de menaces sont observées.

Le cygne tuberculé


Source : Freepik

Ce cygne doit son nom à un tubercule cartilagineux noir, situé à la base de son bec orangé. C’est un oiseau de grande taille de couleur blanche, avec un très long cou gracieux et une petite tête.

Le cygne tuberculé est l’espèce la plus nombreuse, et la plus répandue parmi les cygnes européens. C’est aussi l’un des plus gros oiseaux volants au monde. Cet animal végétarien fréquente les lacs, les étangs, les marais ou sur les cours d’eau paisibles bordés de roselières, de prairies, de joncs et d’arbustes.

Oiseau semi-sauvage ou domestiqué, on le trouve fréquemment dans les parcs et aussi parfois sur les eaux salées ou saumâtres. C’est un oiseau parfaitement sociable, sauf quand il se reproduit.

Une attitude menaçante

Dès le début du printemps, les cygnes commencent à délimiter leurs territoires, adoptant volontiers une attitude menaçante envers leurs congénères. Mais aussi contre d’autres intrus, l’Homme y compris.

Les cygnes tuberculés, et tout spécialement les mâles, présentent un comportement agressif sur leur territoire. Ils adoptent alors une posture de menace caractéristique, les ailes dressées comme des voiles et la tête abaissée sur le dos.

Par ailleurs, il existe des cygnes particulièrement intolérants qui s’attaquent à tout ce qui bouge. Et un cygne qui vous fonce dessus en claquant des ailes et en sifflant, ça ne donne pas envie d’insister !

L’oiseau dangereux, le plongeon huard


Source : Freepik

Connu en Eurasie comme le « grand plongeur du nord », le plongeon huard tire son nom d’espèce du verbe huer, à cause de son cri. Tous ceux qui ont déjà entendu le cri du huard vous diront que c’est le son le plus hypnotique. Aussi le plus mystérieux, et le plus beau que vous entendrez jamais.

Aussi, ce huard est un excellent nageur et un plongeur d’une grande habileté. Il peut plonger à plus de 70 mètres de profondeur pour atteindre une proie. S’il se sent menacé, il peut aussi plonger pour ne réapparaître qu’à une distance sécuritaire. De plus, il peut répéter ce comportement jusqu’à ce que le danger soit écarté.

Un cri d’alarme

On le retrouve couramment en milieu sauvage en Amérique du Nord et il est l’un des oiseaux les plus connus du Canada. Il est de grande taille, aussi gros qu’une oie. Ses yeux, rouge vif, contrastent avec un plumage noir, et son cou est rehaussé d’un collier de rayures blanches.

Son régime alimentaire est composé principalement de poissons qu’il poignarde en plongée. Le huard a besoin d’espace, un minimum de vingt à quatre-vingt hectares pour être à l’aise et on ne dénombre généralement qu’une poignée de couples sur un grand lac.

Il est donc essentiel pour le plongeon de bien choisir son territoire, et de s’établir dans des zones où les prédateurs sont peu nombreux. Son cri lui sert d’arme pour chasser tout intrus et lui permet de transmettre des informations aux intrus. Notamment la force d’un oiseau et sa volonté de se défendre. Il a un comportement très territorial et peut donc s’avérer très agressif.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Les technologies interdites qui pourraient changer notre monde

À quoi ressemblent les insectes de près