in

Les évasions les plus spectaculaires pour s’enfuir du pays

Pour une raison ou pour une autre, des gens sont tout le temps tentés de fuir un pays pour aller vers un autre, parfois même au risque de leur vie. Loin d’être une joyeuse aventure, l’évasion d’un pays est souvent un périple dangereux et très risqué, où aucune erreur ne doit être commise.

 

De nombreux fuyards y ont même laissé la vie. D’autres cependant ont réussi à franchir les frontières et à s’enfuir vers d’autres contrées, moyennant des stratagèmes quelques fois incroyables. Aujourd’hui, nous allons découvrir comment Carlos Ghosn, Nadia Comaneci, les familles Strelzyk et Wetzel et d’autres personnes ont fait pour réussir leur évasion.

 

Carlos Ghosn fait l’impensable pour s’enfuir du pays

Source : plus.lesoir

S’il est une évasion des plus rocambolesques dont on parle ces derniers temps, c’est bien celle de Carlos Ghosn.

L’ancien PDG de Renault-Nissan, qu’on a accusé de délits financiers au Japon, avait été assigné à résidence une bonne partie de l’année 2019. Et bien qu’il avait le droit de circuler librement sous certaines conditions, il avait néanmoins l’interdiction de quitter le Japon.

Et pourtant, M. Ghosn est parvenu à s’enfuir ! On a déjà planifié l’opération plusieurs semaines avant l’évasion et montée par des spécialistes des opérations d’exfiltrations. Tout ça pour permettre à l’ex-patron de s’enfuir du Japon où il était en étroite surveillance.

Les grosses malles servent à ça aussi..!

Profitant d’un relâchement de contrôle en raison de la période de fin d’année où presque tout le monde était en congé, Carlos Ghosn est sorti incognito de sa résidence surveillée à Tokyo, le 29 décembre 2019 en début d’après-midi.

Il a ensuite pris un taxi jusqu’à un hôtel où l’attendaient ses « sauveurs ». Les trois hommes ont pris ensuite le TGV japonais de Tokyo à Osaka. Avant de regagner le terminal des jets d’affaires qui se trouve à l’aéroport de la ville.

Quelques heures plus tard, l’avion se posait à Istanbul. L’appareil avait transporté deux passagers ainsi que deux grosses malles utilisées pour transporter des instruments de musique. Mais les caméras de surveillance à la sortie de l’hôtel de l’aéroport d’Osaka les a repéré.

Et ça a marché

Carlos Ghosn, dont aucun signe n’avait été détecté, s’était donc enfui dans l’une de ses malles jusqu’en Turquie. Et ce, avant de prendre un autre avion à destination de Beyrouth. Le désormais fugitif vit désormais dans la capitale libanaise avec son épouse.

Source : bfmtv

Il a déclaré avoir fui le Japon parce qu’il ne pensait pas pouvoir y obtenir un procès équitable. L’évasion de Carlos Ghosn est digne d’une vraie série d’aventure qui semble pourtant loin d’être terminée.

En effet, l’un de ses « sauveurs » vient d’être arrêté le 20 mai 2020 en compagnie de son fils. Michael et Peter Taylor sont tous les deux accusés d’avoir aidé l’ex-patron à fuir le Japon.

Ils pourraient ainsi être extradés vers ce pays qui avait émis en janvier des mandats d’arrêt contre les personnes ayant aidé Carlos Ghosn à s’enfuir.

L’évasion spectaculaire de deux familles allemandes

Source : lepoint

Voici maintenant l’histoire incroyable mais vraie de l’évasion de deux familles est-allemandes. Elles ont réussi à fuir la République Démocratique Allemande et à regagner l’Ouest.

En effet, après la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne fut occupée par les quatre puissances victorieuses. Puis elle est partagée en deux États, d’une part la République fédérale d’Allemagne (RFA), liée au bloc occidental. Et d’autre part la République démocratique allemande (RDA), sous influence soviétique et intégrée au bloc de l’Est.

Les deux Allemagnes étaient comme deux pays séparés. Et les populations des deux états ne pouvaient ni se voir, ni se rendre de l’un coté ou de l’autre des nouveaux états divisés.

Pourtant dans la nuit du 15 au 16 septembre 1979, une montgolfière transportant deux hommes, deux femmes et quatre enfants se posait tranquillement sur le sol de la République Fédérale d’Allemagne.

Tous les moyens sont permis en guerre

Il faut dire qu’en cette période de Guerre Froide, tous les moyens étaient bons pour les habitants de la RDA, sous occupation soviétique. Et ce, pour fuir l’oppression et passer à l’Ouest, plus démocratique et développé.

Toutefois, aucun d’eux n’avait jamais envisagé de s’évader à bord d’une montgolfière de fortune confectionnée à la maison ! C’est en voyant un reportage sur un festival international de montgolfières aux États-Unis que l’idée de survoler le Mur de Berlin est née.

Après cela, deux familles, les Wetzel et les Strelzyk, s’arrangèrent pour trouver les outils et le matériel nécessaire pour la construction de ce ballon artisanal qui allait leur permettre de passer la frontière interallemande.

Source : parismatch

Un plancher en tôle, des toiles de tentes cousues ensemble, des barres de fer et quelques bouteilles de propane. Il leur a fallu plusieurs mois pour mener à bien leur projet. Mais au jour J, le ballon s’avère défectueux et ils ratent leur première tentative d’évasion.

L’histoire d’une montgolfière qui a sauvé des vies

Sans plus attendre, ils construisent une nouvelle montgolfière qui cette fois, les fera bien traverser les quelques dizaines de kilomètres qui séparent les deux Allemagnes.

Le 15 septembre 1979, les deux familles font une partie du trajet en vélomoteur et en voiture. Et elles sont arrivées à une clairière située à une dizaine de kilomètres de la frontière. Ce sera leur terrain d’envol.

Source : parismatch

Après 28 minutes exactement, les Wetzel et les Strelzyk ont réussi à passer à l’Ouest, par une nuit fraîche, venteuse et sans nuages. Une nuit où toutes les conditions étaient réunies pour leur permettre de réussir ce projet né deux ans auparavant.

L’évasion rocambolesque des familles Wetzel et Strelzyk a même fait l’objet d’un film allemand sorti en 2019, « Le Vent de la liberté », qui raconte cette évasion aussi spectaculaire qu’audacieuse.  Des éléments de la célèbre montgolfière de fortune, dont la machine à coudre qui a servi à sa confection, sont de nos jours exposés au Musée du Mur de Berlin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
baskets sataniques Lil Nas

Nike attaque en justice les baskets « sataniques » de Lil Nas X, contenant du sang humain

(Malcolm) : Frankie Muniz n’a plus aucun souvenir de tournage