in

Les athlètes qui ont triché aux Jeux Olympique

D’un sportif qui fait une partie du marathon en charrette à une sauteuse en hauteur qui s’avère être un homme...

 

Découvrez aujourd’hui les athlètes qui ont triché aux Jeux Olympique.

 

Triche aux Jeux Olympique : le premier athlète contrôlé positif

athlète triche
Source : mg.superesportes

Les Jeux Olympiques de 1968 furent marquants à bien des égards, notamment grâce aux athlètes afro-américains Tommie Smith et John Carlos qui ont levé le poing sur le podium du 200 mètres, affichant ainsi leur soutien au mouvement Black Power. Si cet évènement reste le plus populaire, ces Olympiades ont réservé bien d’autres histoires surprenantes.

En effet, pour la première fois dans l’histoire, le Comité international olympique a décidé de mettre en place des contrôles antidopage lors de chaque épreuve. Après avoir effectué des centaines de tests d’urine, seul un athlète s’avérera positif. Il s’agit du suédois Hans-Gunnar Liljenwall, un spécialiste du pentathlon moderne.

Il s’offre deux verres de bière

Cependant, la raison pour laquelle ce sportif de haut niveau s’est retrouvé dans une situation embarrassante est peu commune. Et pour cause ! Alors qu’il devait participer au tir au pistolet, notre pentathlonien s’est offert un petit plaisir pour se détendre : deux verres de bière ! Ses performances, bien remarquables, ont donc été vaines.

Eh oui, si la Suède a certes terminé sur la troisième marche du podium en particulier grâce à Liljenwall, l’idylle fut visiblement de courte durée étant donné que le Comité international olympique a considéré que l’alcool est une substance dopante. Comble de l’ironie, c’est le président de sa délégation qui a réclamé le test.

Un geste lourd de conséquence

Bien entendu, le coupable a assuré qu’il n’était pas au courant de cette règle. Malgré cela, son geste sera lourd de conséquences. Disqualifié de la compétition individuelle, ses deux verres de bières lui ont coûté la médaille olympique.

Pire encore, la Suède a été également disqualifiée de la compétition par équipes et n’a pas eu droit à la médaille de bronze. Toutefois, Hans-Gunnar Liljenwall peut se consoler. S’il est bien le tout premier athlète à être contrôlé positif lors des Jeux Olympiques, il est loin d’être le dernier.

Un athlète triche en faisant une partie du parcours en charrette


Source : delphipages

Courir un marathon peut être très long pour certains athlètes. Et ce n’est pas Spyridon Belokas qui dira le contraire ! Ce dernier a eu recours à une méthode peu orthodoxe pour ne pas avoir à courir tout le trajet qui, en 1896, n’était « que » de 38 kilomètres.

En effet, à l’époque, cet athlète d’origine grecque avait doublé le Hongrois Gyula Kellener, quatrième, à quelques kilomètres de l’arrivée. Mais pas n’importe comment ! Spyridon Belokas avait décidé pour cela d’emprunter… une charrette ! Ainsi, au terme de la course, Spyridon Belokas a terminé troisième.

Le tricheur démasqué

Malheureusement pour lui, les choses ne se sont pas déroulées comme prévu puisque Gyula Kellener l’avait aperçu assis à l’arrière d’une charrette lorsqu’il l’avait doublé. D’ailleurs, bien d’autres témoins ont également confirmé cette version des faits. Par conséquent, Spyridon Belokas fut disqualifié pour ne pas avoir couvert toute la distance et Gyula Kellner a pu donc récupérer la troisième place.

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, Spyridon Belokas a depuis connu le déshonneur de toute la Grèce. L’histoire raconte même que le roi Georges Ier en personne aurait cherché à dédommager Gyula Kellener en lui offrant une montre en or.

La triche de Bertil Sandström aux Jeux Olympiques 1932


Source : grizly

Avant de disputer les Jeux olympiques de 1932 à Los Angeles, le cavalier suédois Bertil Sandström possédait déjà un beau palmarès. En effet, durant les Jeux olympiques de 1920 et 1924, il a remporté par deux fois la médaille d’argent en dressage individuel avec le cheval Sabel.

Mais les choses ont mal tourné à l’occasion de la compétition de 1932. Alors qu’il avait réalisé une performance remarquable lui permettant de remporter la médaille d’argent avec le cheval Kreta, le podium a finalement été bouleversé. Et ce, après des contestations américaines et françaises qui ont accusé le cavalier d’avoir encourager son cheval avec des sons. Ce qui est strictement interdit par le règlement.

Des craquements de la selle ?

Les trois membres du jury ont alors choisi de le rétrograder à la dernière place. Une décision qui a permis au français Charles Marion de prendre la seconde place et à l’américain Hiram Tuttle de monter sur la troisième marche du podium. Cependant, Bertil Sandström ne comptait pas s’arrêter là !

Lors d’une audience ultérieure devant le jury, il a expliqué que le bruit entendu n’était rien d’autre que des craquements de sa selle. Était-ce réellement le cas ? On ne le saura peut-être jamais. La décision du jury fut en tout cas sans appel. Néanmoins, le suédois a pu participer à l’épreuve de dressage par équipe et remporter la médaille d’argent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

L’influenceuse Odalis Santos décède après une opération pour arrêter la transpiration

grève danse noirs

TikTok : des internautes noirs font la grève de la danse