in

Les 10 choses les plus bizarres que vous pourrez voir dans la vie !

Des anciens moulins à vent à axe vertical, datant de plus de 1000 ans, aux inquiétantes mais sublimes sculptures en paille de riz du festival de wara...

 

...voici les 10 choses les plus bizarres et les plus insolites, que vous pourrez voir dans toute votre vie ! Allez on commence !

 

Le cheval à moustache

Source : boredpanda

Si vous croisez un jour un cheval Cob Gypsy, aussi appelé en anglais Irish Cob, vous aurez certainement la même impression que moi. C’est un cheval avec un excellent tempérament, une grande douceur, et un incroyable amour pour les humains.

Il ne cherche que de l’affection et pour cela il est prêt à tout. On le surnomme même le cheval-chien à cause de sa gentillesse caractéristique. Mais malheureusement un atout physique étonnant de ce cheval fait que certains humains le rejettent.

Une des choses les plus bizarres qu’on voit rarement

Qu’il soit mal ou femelle, ce cheval porte fièrement une moustache qui est si longue qu’elle atteint parfois même les 18 cm. Chez certains, cette moustache est d’ailleurs tellement touffue qu’elle en devient presque une barbe.

À cause de ce trait, admettons le, plutôt particulier, ce cheval doit donc subir les moqueries et les méchancetés de certains internautes qui sont persuadés que l’on ferait bien mieux de raser tous les Cob Gypsy du monde… et vite.

Mais heureusement d’autres s’insurgent et trouvent même que finalement un cheval avec une moustache, c’est plutôt rigolo. Quant aux Cob Gypsy, aux dernières nouvelles, ils ne sont toujours pas capable de lire ce qui se dit sur eux sur Internet et croyez-moi c’est bien mieux comme ça.

Aller plus loin avec…une cire à barbe de Luxe

Des choses bizarres faites de paille

Source : mymodernmet

Pendant de longues années, les agriculteurs de Niigata au Japon étaient déçus. Certes ils avaient souvent de belles récoltes, ils étaient généralement bénis par la pluie abondante et la terre fertile. Mais ils avaient toujours le même problème : un excès de déchets de riz appelés en japonais wara dont ils ne savaient que faire.

Bien sûr, comme leurs voisins des autres provinces japonaises, ils le donnaient bien au bétail. Mais pour eux ce n’était pas suffisant… ils devaient trouver une autre solution. Et à force d’y penser ils finirent par avoir une idée.

En voilà des habitants pleins d’imagination !

A Niigata, en 2008, ils inventèrent le festival de Wara. Désormais, chaque année, le wara se transforme sous les mains d’agriculteurs habiles, en de véritables œuvres d’art terrifiantes et effroyables.

Source : mymodernmet

Durant toute la durée du festival d’art de Wara, le parc Uwasekigata à Niigata devient ainsi un refuge pour des gorilles, des rhinocéros et des lions… féroces et surtout, surdimensionnés.

Seul petit inconvénient durant toute la durée du festival, les habitants de Niigata, victimes du succès de leurs sculptures, ont bien plus de touristes que d’habitude. Mais qu’importe, le festival de Wara a fait la fierté de toute la région et dorénavant plus aucun déchet de riz ne se perd.

 ➡ Aller plus loin avec…un joli sac de paille pour plage

Les plus anciens moulins à vents

Source : Youtube

L’Iran est en grande partie un pays sec et aride. Du coup ses habitants ont dû faire preuve d’inventivité afin de pouvoir irriguer leurs terres arables.

Malgré tous leurs efforts, le rendement n’était pas vraiment à la hauteur de leurs espérances, et ils avaient réellement besoin d’une idée lumineuse pour remédier à leur petit problème.

Les ingénieurs perses ont alors pensé à utiliser l’énergie du vent, afin de faire tourner des pales sur un axe, ce qui fournirait de l’énergie gratuite et quasi éternelle. C’est donc ainsi que furent inventés les premiers moulins à vents de l’histoire de l’homme, en l’an 670 avant notre ère.

C’est incroyable !

Ces ingénieux dispositifs éoliens ont alors été érigés un peu partout en Iran, mais en bien plus grande quantité  dans la province du Khorasan, située au nord-est du pays. Ce site fut choisi car il faisait partie d’une zone montagneuse et qui était donc un endroit extrêmement venteux !

À Nashtifan par exemple, il y avait tellement de moulins que la ville fut surnommée « l’ancienne ville des moulins ». Et même le valeureux Don Quichotte n’aurait pas pu tous les abattre.

Source : siamagazin

Grâce à la puissance maîtrisée du vent, les ingénieurs perses ont donc bien pu résoudre les problèmes d’irrigation que connaissait leur peuple. Mais il leur restait cependant un détail à régler, et pas des moindres en effet.

Car il leur fallait créer des structures qui ne seraient pas excessivement coûteuses à fabriquer, sans pour autant être de vulgaires bâtisses dont la mocheté pourrait nuire au magnifique urbanisme de la ville.

Ils étaient vraiment des ingénieux !

Mais loin d’être découragés par ce nouvel obstacle, les habiles bâtisseurs perses ont réussi à ériger de splendides moulins à vent disposant d’une architecture originale, en utilisant seulement des matériaux aussi communs que le bois, la paille et l’argile.

Et comme leurs pales étaient disposées sur un axe vertical à l’image d’un tourniquet, l’énergie était directement transférée vers le bas du mât jusqu’à la meule, d’une manière beaucoup plus efficace qu’avec un moulin à vent à axe horizontal.

Ces ingénieux dispositifs ont donc permis l’irrigation de ces contrées arides et désolées. Tout en garantissant aux anciens perses l’intégrité de leur patrimoine architectural.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Les 10 femmes les plus insolites du monde

C’est officiel, Kim Kardashian divorce de Kanye West