in

Pourquoi Godzilla est-il considéré comme un Dieu au Japon ?

Godzilla est un méchant monstre que tout le monde aime. Cependant, il est moins connu qu'il soit résident permanent du Japon !

 

Ayant une adresse postale, Godzilla vit comme un japonais lambda et peut-être le croiserez-vous au konbini du coin !

 

Un toast du roi

roi des monstres
Source : L’express

Godzilla n’est pas étranger à Shinjuku, puisqu’il y est venu sans raison particulière dans « Godzilla » en 1985, « Godzilla contre le roi Ghidorah » en 1991 et « Godzilla 2000″ en 1999 : Millennium » de 1999, ce qui en fait un grand ambassadeur du tourisme.

Et si une réplique massive de 50 mètres de haut de sa tête immortalisée au-dessus du bâtiment de la Toho, la citoyenneté japonaise et un décret diplomatique n’étaient pas une reconnaissance suffisante pour prouver ce qu’il représente pour cette ville, Godzilla a vraiment ressenti l’amour lors de sa cérémonie de citoyenneté en mai 2015.

De plus, un acteur, déguisé en Godzilla dans un costume a accepté ses papiers de résidence directement du maire Yoshizumi.

Après la cérémonie, plus de 5000 copies du certificat de Godzilla ont été partagées avec des fans en adoration. Tout en commémorant à jamais ce moment historique sur papier.

Bien qu’il n’y ait aucun projet de film dans un avenir proche, de nouvelles générations de fans de Godzilla sont créées. Des remakes modernes sont réalisés avec des vedettes d’Hollywood. Et même le récent mode de jeu à durée limitée de « Call of Duty ». Cela a permis aux joueurs de se mesurer à Godzilla et King Kong.

C’est pourquoi avec près de 70 ans de contenu continu, d’amour et d’honneurs, il ne fait aucun doute que Godzilla est le roi des monstres.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chargement…

Chargement…

0
Uber files

Uber Files : les magouilles secrètes d’Emmanuel Macron et Uber

Les 10 premières interviews des footballeurs les plus célèbres de l’histoire

Les 10 premières interviews des footballeurs les plus célèbres de l’histoire