in

Un condamné à mort meurt de joie après avoir découvert qu’il ne sera pas exécuté

L’article continue en page suivante

Selon le journal Hamshahri, un iranien, âgé de 55 ans, est mort d’une crise cardiaque après avoir découvert qu’il ne sera plus exécuté pour avoir commis un meurtre 18 ans plus tôt.

 

En effet, après avoir appris que la famille de la victime lui avait pardonné, le quinquagénaire est « mort de joie » avant même d’être libéré. Une nouvelle qui a de quoi surprendre plus d’une personne !

 

En Iran, le nombre d’exécutions est en forte hausse


Source : Parismatch

En Iran, où la peine de mort reste en vigueur, 333 personnes ont été exécutées en 2021 soit 25 % de plus que l’année précédente. C’est en tout cas ce qu’a précisé l’Annual report on the death penalty in Iran. Des chiffres qui toutefois pourraient être revus à la hausse.

En effet, selon Aminata Niakate, avocate et présidente de l’association Ensemble contre la peine de mort, l’Iran « n’est pas transparent sur ces exécutions ». Elle affirme d’ailleurs que les exécutions « ne sont pas rendues publiques par les autorités locales. C’est l’investigation sur le terrain qui permet d’avoir des chiffres, sans doute sous-estimés ».

Trafic de drogue, crimes contre l’Etat…

Ainsi, de nombreuses personnes se retrouvent, chaque année, condamnées à mort pour trafic de drogue, crimes contre l’Etat ou encore pour meurtre. Ce fut le cas notamment d’un iranien nommé Akbar. Agé de 55 ans, ce dernier avait en effet commis un meurtre il y a de cela 18 ans.

L’article continue en page suivante

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chargement…

Chargement…

0

La Tunisie abandonne l’islam comme religion d’Etat dans sa nouvelle Constitution

La nageuse Anita Alvarez secourue par sa coach lors des Championnats du monde