in

Incendie de la cathédrale de Nantes : le bénévole soupçonné a reconnu les faits

Incendie cathédrale bénévole
Suite à l’incendie du samedi 18 juillet de la célèbre cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul de Nantes, un bénévole du diocèse, a reconnu, une semaine après les faits, avoir déclenché le feu.

 

Placé en détention provisoire le 25 juillet, l’homme est aujourd'hui rongé par le remords et dépassé par l'ampleur qu'ont pris les événements.

 

Incendie de la cathédrale de Nantes

Incendie cathédrale bénévole
Source : Francais.rt

Récemment, un bénévole a reconnu avoir déclenché l’incendie dans la cathédrale Saint-Pierre-Saint-Paul de Nantes. Toutefois, si cet homme a décidé d’avouer, c’est à cause de certains indices prouvant qu’il était possiblement responsable.

En effet, la piste criminelle étant privilégiée, les enquêteurs ont supposé qu’une personne avait volontairement allumé le feu. La raison est qu’ils n’ont constaté aucune trace d’effraction après l’incendie.

Le bénévole était déjà soupçonné

Ainsi, le bénévole, chargé de fermer la cathédrale la veille, a été placé en garde à vue au début de l’enquête. Ensuite, il a été libéré sans poursuites. Mais les enquêteurs ont relevé plus tard plusieurs contradictions dans son récit.

Et ce n’est pas tout ! Le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès a expliqué que des images vidéo «du centre de supervision urbain de la ville ont permis de repérer un individu dans le secteur de la cathédrale sur un créneau horaire correspondant au départ du feu». Et l’homme en question présentait de fortes similitudes avec le bénévole.

Un long mail

Incendie cathédrale bénévole
Source : Liberation

Mais ce qui a véritablement mis les enquêteurs sur la bonne piste est un long mail qu’il a envoyé dans la nuit du 17 au 18 juillet, soit quelques heures avant l’incendie. Destiné au diocèse et aux autorités administrative, le message décrivait ses problèmes personnels.

Il évoquait aussi « sa rancœur auprès de différentes personnalités qui ne l’avaient pas assez soutenu, à ses yeux, dans ses démarches administratives », selon Pierre Sennès.

Le suspect avoue les faits

Par colère, aurait-il mis le feu à la cathédrale ? En tout cas, quelle que soit sa raison, le bénévole « a reconnu, lors de l’interrogatoire de première comparution devant le juge d’instruction, avoir allumé les trois feux dans la cathédrale : sur le grand orgue, le petit orgue et dans un panneau électrique » a déclaré Pierre Sennès.

Par conséquent, le parquet l’a mis en examen durant la nuit de samedi 25 au dimanche 26 juillet pour dégradations, détériorations et destruction du bien d’autrui par incendie. Désormais, il est placé en détention provisoire. Il encourt la lourde peine de 10 ans d’emprisonnement et 150.000 euros d’amende.

Incendie à la cathédrale de Nantes : qui est le bénévole ?

Incendie cathédrale bénévole
Source : Francetvinfo

Par ailleurs, le bénévole qui a déclenché l’incendie à la cathédrale est un rwandais de 39 ans. Il est chargé de la sécurité de l’édifice religieux et aide parfois à la liturgie.

Selon le recteur de la cathédrale de Nantes, le père Hubert Champenois, le bénévole, du nom d’Emmanuel, est un servant d’autel. Il était en fait une personne gentille, dévouée, discrète, selon plusieurs personnes qui ont pu le côtoyer.

Obligation de quitter la France

Cependant, le rwandais faisait face à une situation délicate. En effet, son titre de séjour n’est plus valable depuis la fin de l’année 2019. Et il se trouve dans l’obligation de quitter le territoire français depuis novembre 2019.

Bien entendu, il avait fait à plusieurs reprises les démarches nécessaires pour tenter d’obtenir la régularisation de sa présence en France, mais sans succès.

« Il avait également des problèmes de santé et a essayé de faire régulariser sa situation en raison de cet état de santé » précise le procureur.

« Rongé de remord »

C’est d’ailleurs pour cette raison qu’Emmanuel a envoyé un mail aux membres du diocèse. Il souhaitait attirer l’attention sur sa situation et tenter d’avoir leur soutien.

Aujourd’hui, on ignore encore les motivations exactes qui ont poussé le bénévole a déclenché l’incendie dans la cathédrale. Quoi qu’il en soit il « regrette amèrement les faits ». Et évoquer cela est « pour lui une libération », selon son avocat, Me Quentin Chaber.

Il a également affirmé qu’il « est rongé par le remords et dépassé par l’ampleur qu’ont pris les événements ».

Des dégâts importants !

Et ce n’est pas sans raison ! Le bénévole a causé des dégâts importants dans la cathédrale de Nantes car il a détruit trois trésors du patrimoine.

C’est le cas du grand orgue construit en 1619 et présenté comme « l’âme de la cathédrale ». Mais aussi des vitraux offerts par Anne de Bretagne. Même le chef-d’œuvre du peintre Hippolyte Flandrin est brûlé.

De plus, la restauration de l’édifice devrait prendre au moins trois ans, selon Pascal Prunet, architecte en chef des monuments historiques. Et surtout une somme considérable !

Il faut croire que le bénévole est désormais dans une situation encore plus problématique !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
Statues Christophe Colomb retirées

Deux statues de Christophe Colomb retirées à Chicago

Les 10 choses incroyables qu’on a essayé de transporter dans un avion