in

Les humains pourraient devenir venimeux comme les serpents, selon une étude

humains venimeux avenir étude
Il est évident que le corps humain n’a pas fini de nous livrer tous ses secrets. Toutefois, les résultats d’une nouvelle étude réalisée par une équipe de scientifiques dépassent de loin l’entendement.

 

Selon cette dernière, les personnes pourraient, dans un futur lointain, secréter une salive venimeuse. Les chercheurs auraient, en effet, trouvé un lien entre les glandes salivaires humaines et les glandes venimeuses des serpents.

 

Humains venimeux, un phénomène lié à l’évolution de l’Humanité ?

les hommes pourraient devenir venimeux dans le futurSource : seamashable

La science ne cesse de nous surprendre et cette révélation en est la preuve. En effet, des chercheurs ont indiqué que les humains pourraient évoluer à l’avenir au point de devenir venimeux. Et pour cause, notre salive pourrait favoriser une production de venin comme chez les serpents.

Les scientifiques de l’université d’Okinawa Institute of Science and Technology ont effectué des recherches sur l’interaction entre des gênes et le venin chez les serpents. C’est là qu’ils ont découvert la présence du fondement génétique utile à l’évolution du venin oral chez ces reptiles et les mammifères.

Un serpent Habu en guise de témoin

Pour parvenir à ces résultats à peine croyables, l’équipe s’est servie du serpent Habu de Taiwan et a réalisé l’identification d’environ 3000 gènes chez la vipère. Et il se trouve que ces derniers jouent un rôle important dans la protection des cellules contre le stress causé par la production de nombreuses protéines. Ce qui est la première preuve justifiant l’évolution des glandes à venin à partir de glandes salivaires précoces.

Une étude de l’évolution des glandes à venin

moyen pour les humains de produire du veninSource : timesnownews

En effet, les scientifiques ont constaté, en étudiant le venin de crotales, que les glandes salivaires des mammifères et les glandes venimeuses des serpents possédaient un même lien génétique. Mais ce n’est pas tout ! Une autre découverte appuie la thèse selon laquelle les humains deviendraient venimeux un jour.

Les Hommes sont aussi capables de produire de la kallicréine; celle-ci étant une protéine secrétée dans la salive et constituant la base de nombreux venins.

Le venin, un mélange de protéines

Comme souligné par un chercheur, «les venins sont un cocktail de protéines que les animaux utilisent comme arme pour immobiliser et tuer leurs proies, ainsi que pour se défendre». Dès lors, la découverte de la kallicréine chez l’homme a conforté l’idée que les humains puissent devenir venimeux dans le futur.

Humains venimeux, un ancien noyau en commun avec les serpents

humains venimeux avenir étudeSource : seamashable

Dans le détail, les scientifiques ont analysé de près les tissus des glandes salivaires des mammifères. Ils ont alors découvert que leur schéma d’activité était le même que celui des glandes à venin. Par conséquent, ils ont la conviction que ces glandes ont en commun un ancien noyau fonctionnel.

De plus, selon un membre de l’équipe de recherche, la production de venin chez le serpent intègre plusieurs toxines différentes. Et du côté des mammifères venimeux comme les musaraignes, cette production est plus simple avec un venin qui ressemble fortement à la salive. Toutefois, la sécrétion de venin par les humains ne risque de se réaliser de sitôt.

Une production de venin dépendante des conditions de vie

Toujours d’après l’équipe de recherche, il y a très peu de chances que les humains deviennent venimeux un jour. Néanmoins, cela reste probable, compte tenu de leurs découvertes. Par ailleurs, la faisabilité dépendra du mode de vie et surtout de l’alimentation.

L’idée que les humains puissent produire du venin à l’avenir comme certains serpents dangereux, scorpions… est tout à fait terrifiante. Si cela venait à se produire, on se demande bien à quoi servirait-il aux humains. Une chose est certaine, l’expression « personne toxique » prendra un tout nouveau sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Le « Ken humain » atteint sa 1.000ème intervention chirurgicale !

Pourquoi il ne faut jamais libérer ces animaux dans la nature !