in ,

Un homme accusé de viol, acquitté car la femme portait une culotte rouge

un homme accusé de viol acquitté en raison de la couleur de la culotte de la victime
Au Pérou, un tribunal situé à Ica est devenue source de controverses et de railleries. Ce dernier a décidé de rejeter la plainte d’une femme pour viol, acquittant du coup l’homme accusé des faits, tout simplement parce que la présumée victime portait des sous-vêtements de couleur rouge.

 

Cette sentence, à première vue scandaleuse, a suscité une myriade de réactions dans tout le pays. Beaucoup demeurent ébahis sur le fait qu’un tribunal puisse donner un verdict basés sur des jugements sexistes.

 

La culotte rouge de la femme à la source de l’acquittement de l’homme accusé de viol

juge déclare un accusé de viol non couple à cause de la culotte rouge de la femmeSource : justifit

Giancarlo Miguel Espinoza Ramos, un jeune homme de 22 ans, a été acquitté d’abus sexuel par le tribunal d’Ica du Pérou. À la source de l’acquittement pour l’accusation de viol : des arguments sur la couleur rouge de la culotte que portait la femme.

Est-ce un argument valable ou non ? C’est la question qui est actuellement sur toutes les lèvres. Cependant, le tribunal d’Ica pense avoir eu raison de le faire.

Préparée à avoir des relations sexuelles ?

En effet, d’après ce dernier, le fait que la femme porte une culotte rouge en dentelle présumait qu’elle était prédisposée à avoir des relations sexuelles. Ce qui balaie d’un revers de la main, les accusations de la femme, qui se dit pourtant victime.

Le déroulement des faits selon la femme

un tribunal acquitte un homme accusé de violSource : dynamiquemag

Selon un rapport de police, les faits se sont déroulés en janvier 2019. En effet, la jeune femme âgée de 20 ans, avait accompagné Giancarlo Miguel Espinoza Ramos afin de récupérer des papiers au niveau d’une institution. Par la suite, le jeune homme l’a invitée à aller boire un verre dans un bar. Et la victime ajoute que l’accusé l’encourageait à boire encore et encore jusqu’à ce qu’elle perde connaissance.

Le lendemain, la jeune femme déclare s’être réveillée toute nue dans le lit du jeune homme. Néanmoins, ces propos n’ont pas empêché à la cour de baser son jugement sur la culotte rouge de la femme. Selon le jury (un homme et deux femmes), la fille veut clairement se venger de l’homme par rancune ; se basant ainsi, sur les dires de l’homme qui a déclaré que c’était des relations consenties.

Jugement non conforme à la loi selon l’avocat de la victime

Selon l’avocat Mario Amoretti, le jury s’est basé sur un raisonnement non conforme à la législation. Par conséquent, celui-ci demeure illogique. Ainsi, il est inconcevable, pour lui, d’accepter l’argumentation de la collégiale d’Ica. En effet, il trouve indigne que l’on puisse acquitter un homme accusé de viol tout simplement parce que la femme portait une culotte rouge.

Le parquet réclame une nullité de la sentence

une femme qui se dit violée suscite un grand bruit au PérouSource : malaysianow

Suite au verdict litigieux prononcé, le ministère public a réclamé la nullité immédiate de la sentence. A cet effet, il a aussi demandé à ce qu’on ordonne un nouveau procès devant un autre tribunal. Bien évidemment, celui-ci considère que la couleur rouge de la culotte ne peut servir de preuves pour dire que la femme a provoqué le viol.

Pour le moment, le procureur adjoint a interjeté appel pour mieux étudier et évaluer l’activité de preuve adaptée. D’autre part, il semble que le ministère de l’intérieur n’est pas le seul à objecter face à la sentence.

L’acquittement pour viol en raison de la culotte rouge sidère le ministère de la femme

Le ministère péruvien de la femme a également manifesté son mécontentement. En réalité, il réfuté les arguments à propos la couleur des sous-vêtements intimes de la victime. Pour sa part, il s’agit d’un raisonnement stéréotypé et revictimisant. De nombreuses manifestantes ont porté une culotte rouge tirée en dessous des jambes, en signe de solidarité envers la victime présumée.

En attendant la réponse à l’appel du ministère de l’intérieur, le ministère de la femme a invité la cour à se focaliser sur des preuves pertinentes. En résumé, il n’est nullement utile de se pencher sur les aspects envahissants de la vie privée de la présumée victime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
lycéen vendu rein iphone

Le lycéen chinois qui avait vendu un rein pour un iPhone alité à vie

Les crustacés les plus dangereux du monde