in

Une femme témoin de 300 exécutions révèle les derniers mots des condamnés à mort

michelle lyons témoin exécutions Texas
Certaines personnes sont traumatisées rien qu’en assistant à une scène de crime. Et pourtant, il y a des gens qui n’ont pas été témoins d’une mais de centaines d’exécutions et ont, par ailleurs, étés contraints de regarder la mort en face plus d'une fois.

 

C'est le cas, de comme Michelle Lyons, une journaliste américaine qui a assisté à près de 300 mises à mort de prisonniers, au Texas. Une expérience terrible qu’elle a confiée dans un livre intitulé Death Row: The Final Minutes.

 

Michelle Lyons a regardé la mort en face à l’âge de 22 ans

derniers instants condamnés à mortSource : bbc

Le parcours de Michelle Lyons est assez poignant, car étant marqué par une série d’exécutions de condamnés à mort. En réalité, la jeune femme était journaliste en 1998 et a dû à un moment donné remplacer une collègue chargée de relater des sujets relatifs aux prisons, précisément celle située à Huntsville, au Texas.

Le début d’une expérience effroyable ? Évidement ! Puisque Michelle se souvient toujours des scènes et même des dernières paroles des condamnés à mort. Néanmoins, elle confie avoir pu contenir ses émotions grâce à sa passion pour son métier de journalisme. De plus, les exécutions, se faisant par injection létale, ne duraient que quelques minutes. Ce qui a plus ou moins abrogé son traumatisme.

Embauchée dans l’administration pénitentiaire

Au début de l’année 2000, Michelle Lyons remplace définitivement sa collègue journaliste et assure  pleinement la couverture des faits relatifs à cette prison. Quelque temps après, elle va encore plus s’intégrer dans le monde des exécutions, vu l’augmentation des cas de condamnations à mort avec le régime George W. Bush, gouverneur du Texas à l’époque. De plus, elle sera nommée porte-parole officielle du ministère de la Justice pénale du Texas. Ce qui va raffermir ses liens avec les condamnés à mort.

Son rôle était alors d’échanger avec les condamnés et d’étudier leurs dossiers. Ainsi, elle rencontrait les prisonniers quelques heures avant leur mort, entendait les aumôniers de prison offrir des conseils aux condamnés à mort sur la manière de «bien mourir»… Et encore là, Michelle Lyons a plusieurs choses à raconter.

Une longue série d’exécutions de condamnés

chambre exécution états-unisSource : latimes

En effet, selon la journaliste, certains détenus refusaient tout simplement de mourir « paisiblement » et n’hésitaient pas à faire preuve de résistance. Panique ? peur de l’inconnu ? colère ? On ne saurait le dire. Elle indique que parfois, la situation était telle que les agents étaient obligés de les gazer hors de leurs cellules et même de les pourchasser au travers de la prison.

La femme confie aussi que les proches des victimes et ceux des condamnés à mort pouvaient assister aux exécutions. Ils étaient alors répartis dans deux pièces différentes séparées par un mur. Le but étant que les deux familles ne se rencontrent pas, pour éviter d’éventuelles frictions.

Les derniers instants avant de mourir

Arrivé au moment fatidique, chaque détenu dispose de quelque 2 minutes pour parler avant de partir. Et comme l’on peut s’y entendre, chacun arrive avec un sentiment qui lui est propre.

Des réactions variant d’un détenu à un autre

michelle lyons témoin exécutions TexasSource : thedailybeast

Alors que certains criminels gardent le silence, d’autres décident de prendre la parole. Et là encore, les réactions diffèrent d’un détenu à un autre. Une partie s’excuse platement auprès des familles des victimes. Une autre manifeste tous leurs remords, pleurant et demandant pardon pour le mal qu’ils ont fait, entre autres.

D’aucuns, loin de se résoudre à ces effusions de sentiments, ne semblent pas regretter leurs actes. En ce sens, Michelle raconte qu’un détenu a même souhaité la mort aux membres de la famille de sa victime, celui-ci leur ayant souhaité de s’écraser avec leur voiture lorsqu’ils rentreraient chez eux après l’exécution.

Les condamnés ont la possibilité de s’exprimer avant les exécutions

Toujours, dans son livre Death Row : The final minutes, Lyons a indiqué que certains proféraient des jurons avant d’être exécutés. Il y avait également des condamnés qui agissaient bizarrement en chantant ou en racontant des blagues…, ce qui a marqué la journaliste.

Il est certain que les 300 exécutions auxquelles a assisté Michelle Lyons resteront à jamais gravées dans sa mémoire. Toutefois, au-delà de toute cette horreur, elle a appris à aimer certains condamnés à mort qui l’ont même remercié avant de partir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

10 politiciens qui ont ruiné leurs carrières en quelques secondes

No nut challenge

No Nut November : le défi qui interdit d’éjaculer pendant un mois