in

Comment un pet dans un avion s’est terminé par un interrogatoire du FBI

FBI
Source : Press-citron
Les experts sont catégoriques à ce sujet : il est normal d'avoir des gaz en avion. Mais il est moins normal que ces flatulences conduisent à des atterrissages d'urgence.

 

Dispute, bagarre, avion détourné, les pets sont pris très au sérieux par les compagnies aériennes qui n'hésitent pas à poser un avion d'urgence en cas de pet !

 

Le FBI dans tout ses états

FBI
Source : Press-citron

Il est fréquent de se sentir gazeux en avion. En fait, une étude de 1981 a même donné un nom à ce phénomène : l’expulsion des flatulences en haute altitude.

En termes simples, lorsqu’une personne atteint une altitude de 3.36km et plus, elle peut s’attendre à avoir des gaz. Cette étude s’est concentrée sur les alpinistes, mais ce phénomène peut se produire et se produit effectivement dans les avions.

Ainsi, le changement radical d’altitude et la faible pression atmosphérique entraînent une dilatation des gaz dans les intestins pouvant atteindre 30 % de plus. Si l’on ne pète pas, cela peut entraîner des ballonnements inconfortables et même des problèmes de santé à long terme.

En 2006, NBC News a rapporté qu’un vol à destination de Dallas a fait un atterrissage d’urgence à Nashville en raison d’une odeur de soufre. Après une recherche approfondie, le FBI a conclu qu’une femme avait allumé des allumettes pour dissimuler une « odeur corporelle » due à un « problème médical ».

Le vol s’est poursuivi sans la femme, qui a ensuite été bannie d’American Airlines. Lynne Lowrance, de l’autorité aéroportuaire internationale de Nashville, a déclaré :

« C’est humoristique d’une certaine manière, mais on se sent aussi désolé pour la personne. »

Néanmoins, ce ne serait pas la dernière fois que des pets entraînent un atterrissage d’urgence d’un avion.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
cyclone

Que se passe-t-il si vous êtes aspiré par une tornade ?

Zoophilie : il pensait que la chèvre était consentante