in

Des musées français bannissent les chiffres romains car leurs visiteurs ne savent plus les lire

Depuis quelques jours, une polémique secoue le musée Carnavalet, à Paris. Comme le Louvre, ce musée, qui doit rouvrir après quatre ans de travaux, aurait abandonné les chiffres romains, en les remplaçant par des chiffres arabes, pour faciliter la compréhension aux visiteurs.

 

Ainsi, l’annonce du musée de Carnavalet n’a pas tardé à travers les Alpes. En effet, de nombreux quotidiens italiens s’insurgent aujourd’hui contre cette mesure marketing jugée « ridicule ».

 

Des musées français bannissent les chiffres romains

musée chiffre romain
Source : paris

Après le Louvre, c’est au tour du musée Carnavalet, dédié à l’histoire de Paris, de remplacer les chiffres romains par des chiffres arabes d’une partie de ses cartels. Noémie Giard, responsable des services des publics au musée Carnavalet, justifie ce choix. « Nous ne sommes pas contre les chiffres romains », déclare-t-elle.

« Mais ils peuvent être un obstacle à la compréhension. Combien de fois avons-nous vu des parents lire les explications en principe dédiées aux enfants ? ». Et d’ajouter : « ça va avoir un intérêt, notamment pour les publics en situation de handicap psychique et mental. (…) Ça va aussi avoir un intérêt pour les publics étrangers, qui ne sont pas tous familiers des chiffres romains ».

Textes explicatifs raccourcis

En revanche, les touristes espagnols, eux, n’y verront que du feu. Et pour cause ! Toutes les informations en espagnol garderont la numérotation romaine. Dans le cas contraire, cela serait considéré comme une faute d’orthographe.

Par ailleurs, le musée Carnavalet est allé encore plus loin pour s’adapter à ses visiteurs. Outre le changement des chiffres romains, le musée a également choisi de raccourcir ses textes explicatifs.

« Nous faisons tous le constat que les visiteurs lisent peu les textes dans les salles, surtout s’ils sont trop longs. Ils ont aussi tendance à zapper et à picorer », confie la responsable. Résultat : les panneaux ne comportent plus que 1 500 signes maximum et 500 pour les enfants.

Le musée Carnavalet renonce aux chiffres romains : une décision qui interroge


Source : Rtbf

Bien entendu, la décision du musée de supprimer les chiffres romains fait polémique. « C’est l’histoire de la poule et de l’œuf : moins on les verra, moins on les maîtrisera », constate François Martin, président de la coordination d’enseignants en langues anciennes.

De plus, la presse italienne n’a pas tardé à réagir aussi à cette annonce. « Il Messaggero », le journal de la capitale italienne, a ainsi donné la parole au professeur d’histoire romaine, Giusto Traina. « Le vrai problème n’est pas le public. Non, le vrai problème, ce sont ceux qui décident, les hommes politiques, les dirigeants locaux », déclare-t-il. Et ce n’est pas tout !

« C’est un aveu de faiblesse »

L’écrivain Massimo Gramellini assure, pour sa part, que « cette histoire des chiffres romains représente une synthèse parfaite de la catastrophe culturelle en cours ». « D’abord on n’enseigne pas les choses. Puis on les élimine pour que ceux qui les ignorent ne se sentent pas mal à l’aise », a-t-il écrit.

Quant à Philippe Plagnieux, directeur de l’école d’histoire de l’art et d’archéologique de l’université de la Sorbonne à Paris, il dénonce la suppression des chiffres romains des musées. « C’est un aveu de faiblesse, de renoncement. Je pense que la vraie solution serait de dire : attention, dans les écoles, réapprenez ce système », affirme-t-il.

Le musée Carnavalet assure que les chiffres romains ne seront pas bannis


Source : valeursactuelles

Face à la polémique, le musée Carnavalet a réagi. « Je confirme que tous les visiteurs qui viendront au Musée Carnavalet au moment de la réouverture, pourront bien lire Louis XIV, XV, ou Henri IV en chiffres romains, sur tous les cartels et même pour les enfants », a assuré Noémie Giard.

« C’est uniquement sur 170 textes, sur un ensemble de 3000 contenus, qui ont été produits pour le nouveau parcours dans le musée, que nous avons choisi d’appliquer cette mesure d’accessibilité universelle. C’est une réglementation européenne, pour une information facile à lire et à comprendre ».

« Une volonté de s’adresser à tous les publics »

Et de poursuivre : « Il y a juste une volonté de s’adresser à tous les publics. A tous les visiteurs étrangers, aux personnes en situation de handicap psychique, qui peuvent être gênés dans leur compréhension ».

Quoi qu’il en soit, de plus en plus de musées français pourraient également bannir les chiffres romains dans les années à venir. Néanmoins, celui des Beaux-Arts de Rouen s’y est, lui, refusé.

« Le musée est sans doute un des lieux où on peut continuer à les faire vivre et à les expliquer [les chiffres romains, NDLR] », tranche son directeur, Sylvain Amic. Ce qui réjouit plus d’une personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Annie Cordy accusée de racisme en raison des paroles de « Chaud cacao »

10 vidéos des courses poursuites avec la police les plus folles