in

Coronavirus : comment une compote de pomme a-t-elle pu être testée positive ?

Compote pomme positive
Une vidéo largement relayée sur les réseaux sociaux prétend démontrer que les tests antigéniques, qui détectent une infection au covid-19, seraient inefficaces. On y voit une expérience insolite : un test réalisé sur une compote de pomme s’est avéré positif.

 

Pourtant, cette expérience ne prouve pas l’inefficacité de ces tests, selon l’entreprise qui les commercialise. Elle rappelle qu'ils doivent être utilisés pour détecter le virus chez l’homme.

 

Une compote de pomme testée positive au coronavirus

Les fausses informations sur le covid vont bon train sur les réseaux sociaux. La preuve avec une vidéo, publiée le 10 décembre 2020 sur Twitter. Et qui tente de démontrer le manque de fiabilité des tests antigéniques de dépistage du coronavirus.

En effet, dans cette vidéo, partagée des milliers de fois, on peut voir que le test antigénique, de l’entreprise MEDsan, révèle qu’une compote de pommes est bel et bien… positive à la maladie. Ce qui a suscité de nombreuses réactions sur la Toile ! D’autant plus que les tests antigéniques sont réputés parfois comme moins efficaces que les tests PCR.

Pas de doute sur l’authenticité de la vidéo

Kai Markus Xiong, responsable mondial du développement commercial et du marketing de l’entreprise SanaGroup, à qui appartient MEDSan, reconnaît qu’il n’a pas de doute sur « l’authenticité de la vidéo » et que le résultat apparemment positif du test filmé « ne nous surprend pas, mais nous laisse indifférents ».

Mais alors, comment est-il possible qu’une compote de pomme soit testée positive au virus, diriez-vous ? Eh bien, Kai Markus Xiong affirme : « Nous ne savons pas si la personne vue dans la vidéo est infectée par le coronavirus et si le test a été stocké correctement ».

Une compote de pomme testée positive : MEDsan réalise ses propres tests

Compote pomme positive
Source : RTL

Contactée par l’AFP, la société MEDsan a décidé de réaliser elle-même le test. Ainsi, selon l’Agence, « deux employés, dont les tests PCR se sont révélés négatifs, ont testé un désinfectant à base d’alcool. Mais aussi de la confiture de fraise, du nettoyant pour vitre, des pommes et du jus de pomme ».

« Le résultat montre un résultat positif pour le désinfectant et un faible résultat positif pour la confiture de fraise ». A priori, les résultats semblent donc confirmer que la compote de pomme était positive au covid-19.

Néanmoins, l’entreprise assure que ces résultats ne remettent pas en cause la fiabilité des tests antigéniques. Loin de là ! « Notre tâche est de nous assurer que le test fournit des résultats fiables chez l’homme. L’appliquer à des produits alimentaires ne signifie pas qu’il y a un doute sur sa validité pour détecter le Sars-CoV-2 », explique l’entreprise.

Comment une compote de pomme a-t-elle pu être testée positive ?

compote pomme positive
Source : planet

En effet, Thomas Decker, professeur d’immunobiologie à l’université de Vienne, a affirmé que « le test a été mis au point pour permettre la fixation d’un anticorps aux antigènes. Et non pour subir des réactions à certains aliments ».

Quant à Annette Beck-Sickinger, professeure de biochimie à l’Université de Leipzig, elle rappelle que « un test ne peut fonctionner que si vous maintenez les conditions correctes ».

Faux positif

Car, en modifiant les conditions du test, comme son pH ou sa température, celui-ci risque de « provoquer une réaction non spécifique aux anticorps ». Ce qui causerait donc un « faux » positif.

De ce fait, l’expérience de la compote de pomme testée positive ne permet pas de tirer des conclusions sur l’efficacité de ce test sur l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
air bouteille

Royaume-Uni : de l’air en bouteille pour lutter contre le mal du pays

un infirmier testé négatif après avoir couché avec un patient Covid-19

Un infirmier est suspendu pour avoir eu des relations avec un patient Covid-19 à l’hôpital