in

Ces animaux font tout pour survivre au danger ! Du jamais vu !

Un lézard qui projette du sang de ses yeux, une grenouille qui sort ses griffes, ou encore un poisson qui vole dans les airs, installez-vous confortablement...

 

Voici comment ces 11 êtres vivants exceptionnels font pour survivre au danger. On vous promet, c'est du jamais vu!

 

Faire le mort pour se protéger

Source : ripleys

Il est, parmi tant d’autres, une stratégie de survie très efficace et parfaitement archaïque que certains animaux adoptent parfois, pour échapper au danger et qui consiste à s’immobiliser tout en simulant la mort. L’animal chassé feint d’être mort, comme ultime ressource, quand le prédateur ne lui laisse aucune voie de fuite.

L’opossum lui, maîtrise parfaitement cette technique. D’ailleurs il est le meilleur à ce petit jeu. S’il se retrouve confronté à un prédateur, ce mammifère marsupial d’Amérique simule la mort avec un réalisme incroyable.

Une technique jamais vu !

Il se met en léthargie afin de ralentir son rythme cardiaque et le mouvement respiratoire. Ses membres se raidissent pour simuler la rigidité cadavérique, il se fait des yeux vitreux et laisse même pendre sa langue.

Et pour rendre la scène encore plus convaincante, l’opossum dégage un liquide nauséabond imitant l’odeur de la putréfaction, laissant ainsi croire à l’ennemi qu’il est mort depuis longtemps. Dégoûté par l’aspect et l’odeur de l’opossum, le prédateur passe son chemin!

C’est fou ce que cet animal fait pour survivre au danger

Source : bbc

Lorsqu’un animal se voit confronté à un prédateur, plusieurs stratégies sont possibles : la fuite, l’affrontement, la dissuasion ou le camouflage…

Le crapaud de galets du Venezuela fait quelque chose de complètement différent ! Il se recroqueville comme une balle, se jette sur le flanc d’une montagne et se laisse entrainer par le vide.

C’est aussi bête que ça!

Le crapaud de galets est un animal minuscule qui ne mesure que quelques centimètres de long. Lorsqu’il rencontre une tarentule ou autre prédateur, il ne réfléchit pas : il plie ses 4 membres sous son corps, prend une « position de balle » et se jette, se laissant débouler sur la pente, pour donner l’impression à son ennemi qu’il s’agit d’un caillou.

La petite créature rebondit ainsi sur les rochers comme une balle en caoutchouc. S’il a de la chance, cet amphibien finit sa course dans une fissure ou une crevasse où il est hors de vue ou difficile à atteindre, sa couleur noire et grise l’aidant à se fondre dans le décor.

Mais s’il est moins chanceux, il atterrit sur une flaque d’eau profonde et meurt, puisque le crapaud de galets est un piètre nageur!

 ➡ Aller plus loin avec … une lampe de table en forme de grenouille

Drôle de façon pour combattre le froid

Source : audubon

C’est l’hiver et en Alaska, il fait un froid insupportable! Alors pour y résister, la grenouille des bois a développé une technique bien à elle, que nous, humains aurions tant aimé avoir aussi!

En saison d’hiver en Alaska, il est très fréquent de voir des grenouilles des bois immobiles dans un sol gelé. Non pas qu’elles soient mortes, elles sont tout simplement congelées. Et dès que le temps se fera plus clément, ces amphibiens reviendront très vite à la vie et sans aucune difficulté.

Elle garde sa tête froide

Leur arme secrète pour combattre le froid, est de se congeler elles-mêmes, ainsi elles peuvent résister à des températures allant jusqu’à -16 degrés. Cette technique incroyable consiste à geler les deux tiers de l’eau du corps.

Lors du processus de congélation, cet amphibien de 5 à 7 cm de long s’enterre et suspend toutes ses fonctions vitales ! A savoir la respiration et la circulation sanguine.

Mais même si leur sang ne circule presque plus, il contient cependant du glucose, un sucre qui les protège. Et qui évite la dégradation de leurs cellules au moment de la cristallisation et de la décongélation de l’eau.

Alors, dès que l’hiver arrive en Alaska, la grenouille des bois ne panique pas. Elle garde la tête bien froide, fait son petit stock de glucose dans le foie et se laisse congeler!

La myxine : un mécanisme d’autodéfense jamais vu !

Source : futurity

Dépourvues de nageoires latérales, le corps allongé, souple comme celui d’une anguille, une bouche sans mâchoires mais ornée de plusieurs rangées de dents ! Les myxines sont une des animaux aquatiques anguilliformes, qui se caractérisent par le fait qu’elles n’ont pas de vertèbres.

Ces animaux nécrophages des fonds marins se tordent pour déchirer leurs aliments. Mais alors, si elles n’ont pas de vertèbres, cela veut dire qu’elles ne peuvent pas se défendre si on les attaque n’est-ce pas?

Et bien détrompez-vous !

Car la myxine possède une caractéristique de défense unique! La myxine a beau ressembler à une anguille innocente, ce poisson de 300 millions d’années a survécu aussi longtemps grâce à un mécanisme d’autodéfense imparable.

Source : futurity

La myxine n’a ni écailles, ni mâchoire, ni venin, ni colonne vertébrale, elle est pourtant capable d’étouffer ses ennemis en l’espace de quelques secondes seulement, grâce à des vésicules présentes le long de son corps, qui libèrent une sorte de gel asphyxiant.

Elle est capable de baver sur un prédateur en moins d’une demi-seconde ! Lorsque la myxine est titillée, ses glandes cutanées libèrent des protéines de mucus appelées mucines.

Celles-ci, au contact de l’eau se transforment aussitôt en un mucus gluant épais qui empêche les prédateurs de l’avaler, ou qui l’aide même à piéger des proies.

 ➡ Aller plus loin avec…une limace collante pour faire de blagues

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

Comment Jaycee, le fils de Jackie Chan, a ruiné sa carrière ?

Un youtubeur de 20 ans abattu alors qu’il préparait un prank