in

Les animaux incroyables que vous devez absolument connaître

L’article continue en page suivante

Nous vivons dans une planète très riche en matière de biodiversité et chaque jour, elle nous révèle ses secrets et nous éblouit avec la singularité des êtres qui y vivent. Quand on pense avoir tout vu, quand on croit avoir découvert toutes les espèces qui existent dans le monde, elle réussit á nous fasciner avec de nouvelles races encore plus extraordinaires que celles que nous avons l’habitude de voir à tel point que l’on se dit que nous ne savons que très peu sur notre environnement.

 

Certains ont un mode de vie épatant, d’autres charment avec leur apparence et d’autres encore impressionnent avec leurs capacités ,aujourd’hui, nous vous présentons les animaux incroyables que vous devez absolument connaître . C’est parti !

 

Rhinopithèque de Roxellane


Source : Wikipedia

Avec un nez retroussé bleu, ce primate possède une fourrure dorée nuancée allant du fauve pâle au brun foncé en passant par du brun jaunâtre ou du roux, la face dorsale étant toujours plus foncée que la face ventrale.

Ce pelage très épais lui permet d’habiter les forêts alpines denses où l’hiver est extrêmement rigoureux. Egalement nommé rhinopithèque de Roxellane, ce singe asiatique découvert au 19ème siècle est essentiellement herbivore. Par ailleurs, malgré sa vie en groupe, cette race est si discrète qu’on l’avait même cru éteinte.

Un animal étrange !

D’ailleurs, sa rareté et son observation difficile dans son milieu naturel, en ont fait le sujet d’un documentaire intitulé « Nés en Chine » réalisé par le label Disneynature et sorti en 2017.

En outre, en matière de comportement social, cette créature est bluffante car, afin de subvenir aux besoins énergétiques et alimentaires des petits. D’ailleurs toutes les femelles d’une même famille s’investissent dans l’allaitement des nouveaux nés.

Ainsi, une maman peut allaiter sans problème un bébé qui n’est pas le sien. Pour cause : si les petits sont uniquement allaités par leur mère, leurs chances de survie face aux défis environnementaux pourraient se voir diminuées. Le sens de partage chez les rhinopithèques de Roxellane est donc tout simplement logique.

Le moro-sphinx, un animal incroyable


Source : Wikipedia

Pour son mode de vie fou, on le surnomme le « sphinx fou », pour la ressemblance de son vol avec celui du célèbre petit oiseau, on le nomme « sphinx colibri ».

Et pour la posture relevée que prend sa chenille au repos, évoquant la forme de la créature mythologique. Il est intitulé « moro-sphinx » ou encore « Sphinx du caille-lait », en référence à la plante hôte dans laquelle il pond ses œufs. Et la liste de noms n’est pas close !

Etonnamment, cet animal est un insecte

C’est un papillon avec un corps trapu et velu, des ailes étroites peu colorées et une longue trompe à qui il doit le nom de genre « Macroglossum » littéralement « grande langue ».

Vous pouvez croire que c’est un papillon de nuit, cependant, celui-ci a la particularité d’être actif le jour quand la majorité de ses cousins se reposent. Il en est également l’un des insectes les plus rapides puisque sa vitesse de vol atteint facilement les 55 km/h.

Alors, il arrive à migrer sur de longues distances en saison froide vers des zones à températures hivernales élevées. Aussi, le moro-sphinx ne papillonne pas.

Comme les oiseaux-mouches, il a une parfaite aptitude au butinage en vol stationnaire à raison de 75 battements d’ailes par seconde. Pour la reproduction, les femelles pondent toujours en vol. N’est-ce pas une vie de fou !

L’échassier


Source : Wikipedia

Comme son nom l’indique, cet oiseau fascinant a bec en forme de sabot muni d’un crochet acéré à son extrémité. Son corps, couvert avec un plumage gris bleuâtre pour le mâle comme pour la femelle, peut atteindre une hauteur de plus d’un mètre, une envergure de plus de 2m et un poids de 4 à 7 kg. Oui, il est énorme.

Certains pensent même qu’il pourrait être un descendant des dinosaures pour son apparence primitive. Généralement solitaire, il est très territorial surtout en période nuptiale. Quand il fait trop chaud, la femelle régurgite de l’eau sur les œufs pour les garder au frais.

Une créature très exceptionnelle

Cet échassier est une espèce carnivore ayant une alimentation très variée constituée principalement de poissons mais aussi de tortues, de serpents d’eau, de lézards géants, de grenouilles, de jeunes crocodiles, de jeunes oiseaux aquatiques, d’escargots et de rongeurs.

Doté d’une grande patience, il peut rester immobile pendant des heures à attendre sa proie posant son bec sur sa poitrine. Voilà pourquoi, dans certains zoos, on peut voir écrit sur une plaque : « attention il est vivant ».

Le poisson-perroquet bleu


Source : Wikipedia

Voici une espèce marine sublime qui joue un rôle très important dans l’écosystème. Le nom de perroquet fait référence à ses dents fusionnées constituant une mâchoire sous forme d’un bec très semblable à celui de l’oiseau.

Le poisson-perroquet bleu a aussi des dents à l’intérieur de la gorge. Avec un corps massif, allongé, légèrement comprimé, au profil arrondi, recouvert de grosses écailles, ce grand poisson bleu brillant d’une longueur de 100 cm.

Egalement d’un poids de 30 kg environ est atypique, très visible et attirant. Juvénile, il a une tâche jaune sur la tête qui change de couleur à mesure qu’il grandisse pour devenir pourpre foncé.

Un poisson qui peut vivre très longtemps

Avec une espérance de vie allant jusqu’à vingt ans, le poisson-perroquet bleu est fortement retrouvé dans les récifs coralliens des tropiques. Pendant la nuit, ce scare, généralement caché dans une cavité, sécrète un mucus protecteur nauséabond qui fait fuir tout prédateur.

Par ailleurs, cet animal herbivore se nourrit de la croissance excessive d’algues des coraux. En décrochant sa nourriture des rochers, il en ingère des morceaux qu’il broie puis défèque ensuite sous la forme de sable blanc que nous trouvons sur les plages tropicales.

Chaque poisson-perroquet peut produire jusqu’à 450 grammes de sable par an, soit plus que n’importe quel autre procédé naturel.

L’aye-aye


Source : Wikipedia

Vivant exclusivement dans les forêts du Madagascar, ce primate nocturne de type lémurien ne ressemble pas au singe classique.

Avec une tête de chauve-souris, les soies du sanglier, une longue queue touffue d’écureuil et deux dents acérées rappelant les rongeurs, l’aye-aye est un mélange de différents animaux.

Aussi, il a des mains de singe avec un troisième doigt extraordinairement long qui lui permet d’extraire la pulpe des noix de coco et autres fruits dont il raffole et d’extirper les insectes et les vers des troncs d’arbres.

De multiples légendes courent sur cet animal jugé maléfique. On considère ainsi qu’il est un porte-malheur s’il apparaît dans ou aux abords des habitations, et qu’il possède des pouvoirs de sorcellerie grâce à son majeur démesuré. Malheureusement sa mauvaise réputation fait qu’il est aujourd’hui en voie de disparition .

L’okapi, un des animaux les plus incroyables


Source : Wikipedia

Discret, méfiant et solitaire, l’okapi, n’a été découvert qu’au début du 20ème siècle dans les forêts denses difficilement accessibles de l’actuelle république démocratique du Congo.

C’est un grand herbivore ruminant qui rappelle, à la fois, le zèbre avec ses rayures noires et blanches sur les pattes et la girafe avec son cou long. Toutefois, le sien est plus épais et moins étendu.

Ainsi, on pensait que ce mammifère appartenait à l’ordre des équidés mais, on a finalement réalisé qu’il a plutôt une parenté avec la girafe. D’ailleurs, tout comme celle-ci, avec ses pattes arrière un peu plus courtes que celles de devant, le dénommé « girafe des forêts » marche à l’amble, en avançant simultanément ses deux membres latéraux.

Egalement, il a des cornes osseuses appelées « ossicônes ». Sans oublier la longue langue musclée qui est un point commun aux deux espèces. Cet organe surprenant mesure 30 cm environ et lui permet d’attraper sa nourriture, mais aussi se nettoyer le corps, y compris ses grandes oreilles.

Le loup à crinière


Source : Wikipedia

En Amérique du Sud vit un canidé comme on a rarement l’habitude d’en voir. Avec sa longue crinière noire sur l’encolure et sur les épaules et ses pattes étendues, ornées de manchons noirs, qui lui valent le surnom de « renard sur échasses », le loup à crinière ne passe pas inaperçu malgré sa discrétion.

Contrairement à ce que son nom pourrait laisser entendre, ce n’est pas un loup. Pas plus qu’il n’est un chien ou un renard. Biologiquement, le loup á crinière est le seul représentant de son espèce, dont le plus proche parent est le chien des buissons, un autre canidé méconnu d’Amérique du sud.

Monogame et territorial, ce prédateur chasse la nuit. Il se nourrit de petits invertébrés tels que des rongeurs, des oiseaux, mais aussi des reptiles, des tatous, voire des insectes et des poissons. Bien que carnivore, il consomme également des fruits de saison.

Son plat préféré, la « pomme du loup », à qui il a donné son nom, constitue 50% de son alimentation. Dans ce sens, le loup à crinière a pourtant un rôle essentiel dans l’écosystème. Ses déjections servent ainsi à en semer les graines et à nourrir les insectes.

L’article continue en page suivante

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Chargement…

Chargement…

0

Ces aliments avaient l’air très différents à l’origine

Les animaux qui peuvent vivre après la mort