in

Allemagne : un Youtubeur tient en laisse un faux Emmanuel Macron et le fouette

youtubeur laisse faux macron
Le samedi 31 octobre, un jeune Youtubeur du nom de Fayez Kanfash s’est promené dans les rues de Berlin en habit traditionnel arabe, fouettant et tenant en laisse une personne déguisée en Emmanuel Macron.

 

Cette action intervient alors que le président français est la cible de plusieurs musulmans. Ces derniers lui reprochent notamment de défendre le droit à la caricature au nom de la liberté d’expression.

 

Un Youtubeur tient en laisse un faux Emmanuel Macron

Alors que la menace terroriste se fait de plus en plus grande sur le territoire français, les choses ne semblent pas prêtes de s’apaiser. Pour preuve, un youtubeur s’est promené en habit traditionnel arabe, le samedi 31 octobre, fouettant et tenant en laisse un faux Emmanuel Macron.

Sur Twitter, la police a indiqué : «Habillé d’un caftan, il aurait tiré une de ses connaissances portant une perruque et un masque de Macron avec une corde derrière lui dans le quartier de Neukölln, l’aurait insulté et fait comme s’il le battait».

Une enquête ouverte

En effet, sur une vidéo, on aperçoit un homme habillé d’une robe blanche traditionnelle. Et portant un keffieh rouge et blanc sur tête. Il conduisait ainsi une autre personne portant un costume noir et une perruque blonde. Celle-ci avait également un masque à l’effigie du Chef d’Etat français.

Tirée tel un esclave dans les rues de Berlin, cette personne déguisée reçoit même quelques coups de fouet de temps en temps. C’est là une vidéo pour le moins alarmante ! A tel point qu’elle fait aujourd’hui l’objet d’une enquête par la police berlinoise.

Un Youtubeur tient en laisse un faux Macron : satire ou protestation ?

youtubeur laisse faux macron
Source : lindependant

D’autant plus que cette action intervient exactement alors que le président français est la cible de plusieurs pays musulmans. Ces derniers lui reprochent ses déclarations où il défendait le droit à la caricature au nom de la liberté d’expression.

Mais aujourd’hui, il n’est toujours pas clair si le youtubeur cherchait à faire de la satire ou à protester contre les propos du président. En tout cas, sa chaîne YouTube est composée de plusieurs dizaines de vidéos qui semblent avoir davantage un but divertissant. Toutefois, le prosélytisme y joue, apparemment, un rôle important.

Un syrien du nom de Fayez Kanfash

Alors, la vidéo montrant le youtubeur tenant en laisse un faux Emmanuel Macron n’était-elle qu’une satire ? Ou était-ce plutôt une incitation à la violence ? Pour le déterminer, le youtubeur en question, un syrien appelé Fayez Kanfash, a été interrogé par les forces de l’ordre.

Le Youtubeur tenant en laisse un faux Macron interrogé par la police

youtubeur laisse faux macron
Source : middleeastmonitor

Agé d’une vingtaine d’année, Fayez a déclaré qu’il voulait surtout montrer aux Allemands et aux Occidentaux que la liberté d’expression a ses limites.

Il a ainsi affirmé « Notre intention n’a jamais été d’inciter à la violence ». Avant d’ajouter « Nous voulions seulement dire, ‘Si la liberté d’expression vous permet d’insulter notre prophète, ne soyez pas offensés qu’elle nous permette d’insulter vos dirigeants.’ », faisant ainsi référence aux caricatures de Charlie Hebdo.

Une polémique dans plusieurs pays musulmans

Quoi qu’il en soit, la vidéo du youtubeur tenant en laisse un faux Emmanuel Macron suscite pléthore de commentaires. Certains jugent que ces images sont choquantes. Tandis que d’autres pensent plutôt qu’elles sont amusantes.

Il faut croire que les propos du président français concernant le droit à la caricature ont provoqué une véritablement polémique dans plusieurs pays musulmans, et qui, en plus, ne cesse de grandir de jour en jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
employés chine espionnés

Chine : des minuteries placées sur les toilettes des employés révoltent

Ratons laveurs braquent banque

Deux ratons laveurs « braquent » une banque aux États-Unis