in

Agression sexuelle : il plaide le somnambulisme et le tribunal l’acquitte

plaide somnambulisme
Gerard Bryceland, un homme âgé de 53 ans, a été accusé d’agression sexuelle envers une jeune femme de 20 ans. Toutefois, l’accusé a été acquitté par la cour du Sheriff de Glasgow. Pourquoi ?

 

Eh bien, Gerard a en fait eu l’idée de rencontrer un expert psychiatre qui lui a diagnostiqué un somnambulisme. Ainsi, l’homme n’aurait agressé la jeune femme qu’à cause de son « trouble » de sommeil. Ce qui exclut sa responsabilité pénale. Au final, il s’en est sorti un peu comme si de rien n’était !

À voir aussi :

Oops, something went wrong.

 

Un homme accusé d’agression sexuelle plaide le somnambulisme

plaide somnambulisme
Source : glasgowlive

Gerard Bryceland, âgé de 53 ans, aurait très bien pu finir derrière les barreaux. Accusé d’agression sexuelle, l’homme s’en est sorti sans subir les conséquences de ses actes puisqu’il il a plaidé le somnambulisme.

Mais alors, que s’est-il passé exactement, diriez-vous ? En fait, tout commence lorsque Gerard est sorti avec son épouse et un jeune couple. Après avoir passé une bonne soirée, ils décident de passer la nuit à la maison des Bryceland.

L’homme agresse sexuellement une jeune femme

Ainsi, la jeune femme et son compagnon ont dormi dans la chambre d’amis. Cependant, au milieu de la nuit, la femme, âgée de 20 ans, a senti une présence. Aussitôt elle s’est réveillée.

Le procureur Chris Farrell raconte : « La femme était pétrifiée de se réveiller en sentant une main sur sa poitrine. Les boutons de son pyjama étaient retirés. Et la main se dirigeait vers son entrejambe ».

Le couple porte plainte pour agression sexuelle

plaide somnambulisme
Source : renseignementeconomique

Pourtant, son compagnon était présent. C’est alors qu’il s’est réveillé à son tour avant de secouer le quinquagénaire qui agressait sexuellement sa compagne. Ce dernier s’est donc « levé presque immédiatement et a jailli hors du lit », toujours selon le procureur.

Ensuite, « il est parti dans le couloir en rigolant ». L’homme avait visiblement une audace comme on en a rarement vu. Sans surprise, le jeune couple a décidé de ne pas se laisser faire !

Un psychiatre lui diagnostique le somnambulisme

En effet, dix jours plus tard, le couple porte plainte. Entre-temps, Gerard rencontre un psychiatre, du nom de Saduf Riaz. Ce dernier lui a ainsi diagnostiqué le somnambulisme.

Ce qui lui servira à justifier l’agression sexuelle. En effet, cet argument lui aurait bel et bien servi. Car à la barre, l’accusé sera attentivement entendu. Et pour cause !

Accusé d’agression sexuelle, il plaide le somnambulisme

plaide somnambulisme
Source : holyrood

L’accusé a plaidé le somnambulisme. Il est même allé jusqu’à raconter en détail sa particularité. Apparemment, elle le suit depuis sa tendre enfance. Il a, par ailleurs, également parlé de son alcoolisme. Tout comme de sa chronique anxiété qui le ronge.

Son avocate, Ann Ritchie, a déclaré : « Il était horrifié par ce qui s’est passé dans la chambre. Il tient à s’excuser envers le couple. Le psychiatre a diagnostiqué une dépression après cet événement ».

Inscription au registre des délinquants sexuels

Tous ces arguments ont trouvé une oreille attentive ! D’ailleurs, le Sheriff Charles Lugton a annoncé que « la défense est établie.

« Il y a eu un incident sérieux causé par le somnambulisme. Il est donc normal de protéger la société de votre comportement. Et ce via l’inscription au registre des délinquants sexuels. Mais aussi de vous déclarer irresponsable ».

Un tel jugement a bien entendu choqué plus d’une personne. En particulier le jeune couple ! Alors, une agression sexuelle peut-elle vraiment être justifiée par le somnambulisme ? Quoi qu’il en soit, cette histoire est pour le moins insolite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
Bordeaux sapin Noël

Le maire écolo de Bordeaux supprime le sapin de Noël

chips masque avion

Il mange des chips pendant 4 heures dans l’avion pour ne pas porter son masque