in

Choc ! Les vis du réacteur d’un sous-marin nucléaire britannique ont été réparés avec de la « colle » !

Une enquête est ouverte après le scandale de l’utilisation de la calle pour installer des vis sur un sous-marin nucléaire britannique.

 

L'affaire a été révélée lors d'examens de routine du sous-marin.

 

Utilisation d’une colle pour réparer un sous-marin nucléaire britannique

Source : 19fortyfive

Le ministère britannique de la Défense a lancé une enquête après la révélation que des ouvriers de maintenance avaient utilisé de la colle pour réparer des vis sur un sous-marin nucléaire de la Royal Navy.

Les inspecteurs ont découvert un défaut dans la salle du réacteur du sous-marin HMS Vanguard, qui contenait des missiles balistiques Trident D5.

D’après les ressources, au moins sept vis étaient défectueux lors de la rénovation du sous-marin à Plymouth, mais au lieu de les remplacer, les employés civils de Babcock, l’un des plus grands sous-traitants du Royaume-Uni, ont remis les vis sur place avec la colle. Et l’affaire a commencé lorsque l’un des vis est tombé lors d’une vérification de routine.

Babcock détient des contrats de plusieurs milliards de dollars pour entretenir la flotte Vanguard de la Royal Navy et les navires de classe Astute.

Le secrétaire à la Défense, Ben Wallace, a appelé à une réunion avec David Lockwood, directeur général de Babcock, pour obtenir « des assurances concernant les travaux futurs » à bord du sous-marin.

De sa part, le ministère de la Défense a indiqué que les dégâts résultaient de « travaux effectués dans le passé » et qu’ils avaient été « signalés et réparés immédiatement ».

Selon une source de la Royal Navy, les conséquences d’un bris de vis étaient minimes et ne conduiraient pas à une catastrophe nucléaire, car le réacteur n’était pas en fonctionnement et le sous-marin était en maintenance.

Cependant, la source a souligné que la Marine exigeait des « normes claires » en matière de sécurité nucléaire, soulignant que des choix faciles pourraient entraîner de graves conséquences.

Protocole de sécurité non respecté

Les protocoles de sécurité nucléaire imposent que les opérateurs travaillent par paires, et l’utilisation de « superglue », c’est-à-dire de colle rapide, est interdite dans les sous-marins pour des raisons et des risques d’empoisonnement.

De ce fait, le gouvernement s’attend à ce que l’entrepreneur enquête exactement sur comment et quand l’erreur s’est produite, et qu’il identifie les responsables.

Un porte-parole de Babcock a déclaré : « Tout problème de qualité est une grande déception, mais nos inspections rigoureuses ont découvert le problème et nous avons pris des mesures immédiates pour le résoudre. »

Et « Vanguard » a subi une maintenance en 2015 qui a duré près de quatre ans et a coûté 370 millions de dollars. A savoir que de nouveaux sous-marins de la classe « Dreadnought » sont en cours de construction, qui remplaceront la classe « Vanguard » en 2028 et sécuriseront la dissuasion nucléaire du Royaume-Uni.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
photos énigmatiques

Voici 10 photographies énigmatiques et images mystérieuses !

Madison Russo : la bloggeuse qui prétendait avoir un cancer pour collecter des dons