in

Affaire Quatennens : est-il vrai qu’une gifle n’est pas égale à un homme qui bat sa femme tous les jours ?

Les féministes et les militants contre la violence domestique en France ont réagi avec choc et colère. La cause ?

 

Certains politiciens français se sont manifestés pour défendre un parlementaire qui a admis avoir giflé sa femme au visage.

 

Affaire Quatennens : Indignation en France !

Source: huffpost-focus

Interrogé sur l’affaire Adrien Quattenens, Manuel Bompard a expliqué : « une gifle n’est pas égale à un homme qui bat sa femme tous les jours ». Sur les réseaux sociaux et dans toute la classe politique, on a fortement critiqué la phrase que Manuel Bompard a prononcé sur Cnews

Plusieurs responsables gouvernementaux ont vivement critiqué les propos du député LFI Manuel Bompard qui a notamment déclaré sur Cnews: « Je ne minimise pas les faits (…), j’essaie de faire la part des choses : une gifle n’est jamais acceptable, mais une gifle n’est pas égale à un homme qui bat sa femme tous les jours et une gifle n’est pas égale à une personne qui est accusée de viols après avoir drogué les personnes qui l’accusent ».

Suite aux attaques des réseaux sociaux contre son discours, Manuel Bompard a publié ce vendredi un tweet, pour clarifier ses paroles durant son à CNews. « Je n’ai jamais dit, ni pensé, qu’une gifle n’était pas grave. C’est un fait grave et inacceptable et je l’ai rappelé ce (vendredi) matin dans mon propos ».

source: twitter.com

Jean-Luc Mélenchon, de sa part, a apporté son soutien à l’ex-numéro deux du mouvement, saluant « sa dignité » et « son courage » d’avoir démissionné de son rôle de coordinateur du parti pour protéger le mouvement et ses membres.

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
Kim Kardashian et Scott Disick en justice pour escroquerie

Kim Kardashian et Scott Disick poursuivis en justice pour escroquerie

les hommes fuient la Russie et partent en exil pour ne pas aller en guerre en Ukraine

Plus de 260 000 hommes ont fui la Russie de peur d’être envoyés combattre en Ukraine