in

7 choses improbables trouvées par hasard dans les 4 coins du monde

Un char qui fait surface dans une rivière, un élixir d'immortalité trouvé dans une tombe ou encore un avion russe trouvé dans un désert...

 

Préparez-vous à découvrir les 7 choses improbables trouvées par hasard dans les 4 coins du monde!

 

La découverte du navire de guerre suédois Vasa

Source : wired

Anders Franzén était un archéologue et ingénieur naval suédois, passionné par la récupération des immenses bateaux perdus dans les océans. L’un de ses principaux objectifs de carrière était de récupérer l’épave du navire de guerre Vasa, qui a échoué au milieu de l’océan lors de son voyage inaugural.

Celui-ci fut construit au 17ème siècle sous les ordres du roi Gustave II Adolphe de Suède.  Malheureusement, le 10 Août 1628, en plein voyage, l’imposant navire fut touché par une forte rafale de vent, qui eut raison de lui. 

Ainsi, Anders a consacré une bonne partie de sa carrière à récupérer l’épave du navire Vasa. Il a d’ailleurs été l’un des derniers hommes à s’être attaqué à ce projet gargantuesque.

Une des choses les plus improbables trouvées au hasard

Après avoir mis beaucoup de temps à le localiser et déployé des moyens colossaux afin de remonter l’épave profondément enfouie dans l’eau, le Vasa fut remonté 333 ans après les premières tentatives de récupération,  à l’aide de câbles en acier reliés à une grue de levage.

Mais avant de retrouver la surface, il a fallu qu’il consacre des années de préparations de l’épave, creuse six tunnels sous la coque,  et effectue 1300 plongées, le tout avec une visibilité quasi inexistante.

Après l’avoir sorti de l’eau, le navire a été placé en cale sèche dans l’attente des fouilles archéologiques dans ses entrailles. Le Vasa est aujourd’hui exposé au musée éponyme qui se trouve dans la ville de Stockholm.

Et même si Anders Franzen ne fait plus partie de ce monde, je suis sûre que dans sa tombe il doit se sentir bien fier d’avoir accompli une prouesse historique!

La coiffe d’une fusée Falcon 9

Source : reves-d-espace

Pour ceux qui ne la connaissent pas, SpaceX est une entreprise américaine spécialisée dans le domaine de l’astronautique et du vol spatial. C’est elle qui est à l’origine des lanceurs de fusées Falcon 9.

D’ailleurs, cette agence est l’un des rares prestataires privés avec qui la Nasa travaille. L’une des stratégies de l’entreprise est de réutiliser les coiffes des lanceurs de fusées, principalement à des fins économiques et pratiques.

Récemment, dans le but de récupérer tout en douceur la coiffe d’une fusée Falcon 9, la société a mobilisé, comme à son habitude, ses bateaux en mer, équipés de larges filets.

Généralement, l’entreprise n’arrive qu’à en attraper une sur deux, ou doit les repêcher en mer.  Mais cette fois-ci, SpaceX est enfin parvenue, pour la toute première fois, à attraper les deux parties de la coiffe de sa fusée Falcon 9.

Une incroyable découverte

Cette réussite inopinée est  survenue lors de la mission Anasis-II, partie du Cap Canaveral, en Floride. Il s’agissait de déployer en orbite un satellite de communication militaire pour le compte de la Corée du Sud.

Le tir s’était bien déroulé, puisque le satellite a pu non seulement être déployé à l’altitude désirée, mais le premier étage du lanceur a été récupéré, en plus de la coiffe.

Un véritable exploit!  Mais ce n’était pas tout de pouvoir récupérer les morceaux de Falcon 9. Il fallait surtout les récupérer en bon état afin de pouvoir les réutiliser. Et pour cela, il a fallu pour SpaceX déployer beaucoup d’effort afin que la coiffe de 800kg ne tombe pas dans l’eau.

Pour s’assurer du bon positionnement, les bateaux ont suivi la position des coiffes grâce à un GPS. Et pour éviter qu’elles ne transpercent le filet et s’écrasent sur la barge en atterrissant, leur chute a été freinée par des petits propulseurs de direction.

 Aujourd’hui, SpaceX a sûrement dû positionner ses coiffes dans d’autres fusées. Et qui sait, peut-être qu’elles sont déjà quelque part dans l’atmosphère!

Des avions cachés en Irak

Source : af

Du temps où Saddam Hussein était vivant et en fuite, les forces américaines étaient animées par sa traque et par la volonté de mettre la main dessus. Mais l’ancien homme d’État Irakien n’était pas la seule préoccupation des soldats américains.

En effet, ces derniers remuaient ciel et terre pour mettre la main sur les introuvables armes de destruction massive que Saddam aurait enterrées. C’est d’ailleurs l’une des premières raisons de l’intervention des américains en Irak.

Il y a bien une raison !

En 2003, l’armée américaine a découvert des avions de type MIG-25 Foxbat et SU-25 enterrés sous le sable chaud du désert, près de Bagdad. La raison qui a poussé l’Irak à cacher ses avions de combat était purement politique.

Peu avant le début de la première guerre du Golfe, le pays a en effet confié à l’Iran la majorité de ses avions dans l’espoir qu’un jour ils leur soient rendus, afin d’éviter de les utiliser contre les forces américaines.

Source : af

Car bien qu’ils étaient de conception soviétique, ils n’avaient aucune chance contre la puissance combinée de l’Amérique et de ses acolytes, qui avaient de meilleurs avions et des pilotes plus qualifiés.

Ainsi, en confiant ses avions à l’Iran et en enterrant le reste dans le désert, l’Irak a pu préserver une partie de ses forces aériennes et éviter de les perdre contre les forces américaines qui n’allaient jamais penser attaquer l’Iran.

Et ce n’est que par hasard, lors de l’invasion irakienne qui a eu lieu dans la seconde guerre du Golfe, que l’armée américaine a pu se heurter à ces avions enterrés.  

Presque impossible de retirer ces avions

Cela leur a demandé des efforts considérables pour sortir des monstres de cette taille de leur prison de sable, d’autant plus que ces avions de chasse ne servaient plus à grand-chose lorsqu’ils avaient été découverts.

L’armée américaine a dû mettre au rebut dans le sillage de la guerre ce qu’il restait des avions dénudés de leurs ailes ainsi que du matériel restant. Ces avions ne leur ont peut-être pas servi à faire la guerre. Mais ils aideront certainement des archéologues intéressés par l’histoire de la guerre du Golfe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

les plus beaux animaux blancs (photos fascinantes)

Joe Biden estime que Poutine est « un tueur » et prévient qu’il « en paiera les conséquences »