in

6 histoires de soutien d’animaux pour des personnes malades

Un chien qui attend son maître devant la porte de l'hôpital, un pigeon qui visite un patient solitaire, ou encore un chat qui prévient de la mort des patients...

 

Quand les animaux ont du flair et du cœur, ça donne ça! Voici 6 animaux qui ont soutenu leurs maîtres quand ils étaient malades.

 

Ce pigeon rend visite à un homme à l’hôpital tous les jours

Source : upsocl

Au Pakistan, ce vieil homme est habitué à aller au parc pour nourrir les oiseaux qui s’y trouvent. Mais un jour, le grand-père fait un violent malaise qui le contraint à se faire hospitaliser.   

Il y passe 3 jours et pendant tout le séjour, le vieil homme ne reçoit la visite d’aucun membre de sa famille. Aucun de ses proches n’est venu. Ce qui a intrigué l’équipe médicale qui s’occupait de lui

Pendant toute la durée de son hospitalisation, le malade recevait un étrange visiteur. Il s’agissait d’un pigeon qui entrait par la fenêtre, qui se posait sur son lit et qui y restait pendant un long moment. L’homme devait certainement être triste de n’avoir reçu aucune visite. Mais il a été consolé par ce petit être qui lui témoignait beaucoup d’empathie et d’amour.

Une preuve de reconnaissance

Rien ne montrait que ce pigeon faisait partie des oiseaux que l’homme avait l’habitude de nourrir au parc, mais une chose est sûre : l’oiseau semblait prouver sa reconnaissance en étant présent à son chevet.

En sortant de l’hôpital, le vieil homme allait beaucoup mieux, il avait guéri et repris des forces. Il était peut-être rentré seul à  l’hôpital mais en est ressorti le cœur réchauffé, par ce petit être qui lui a témoigné beaucoup de gratitude et d’amour quand personne d’autre n’a été là pour lui.

Une belle histoire de soutien d’animaux : le chien Hachiko

Source : cesarsway

Hachiko est un chien de race Akita. Il est né dans la région d’Akita en 1923 et a été adopté par son maître, le professeur Hidesaburo Ueno. Ils se sont installés à Tokyo en 1924 et ont vécu à Shibuya, un célèbre quartier de la capitale japonaise.

Hachiko avait l’habitude d’accompagner son maître tous les matins jusqu’à la gare de Shibuya,  et attendait toute la journée son retour, pour rentrer à la maison. C’est ainsi que leur routine s’est installée et a duré 1an et 4 mois. Durant toute cette période, un lien puissant et indestructible s’est développé entre Hachiko et son maître.

Tellement touchant !

Le 25 Mai 1925, après avoir attendu toute la journée que son maître rentre du travail, Hachiko se rend comme à son habitude à la gare, à l’heure précise à laquelle le train arrivait.  

Il attend plusieurs heures, puis voyant que son maître ne venait pas, il finit par retourner seul au domicile. Des jours s’écoulent, le chien comprend que Ueno ne rentrera plus à la maison et décide de l’attendre sur le quai de la gare.

Ce qu’il ne savait pas, c’est que le professeur n’allait plus revenir, puisqu’il était décédé le jour où il n’était pas rentré. En effet, Hidesaburo Ueno est mort, d’une hémorragie cérébrale, alors qu’il participait à une conférence à l’Université de Tokyo.

Hachiko espérant toujours retrouver son maître revenait chaque jour à la même heure à la gare. A tel point, qu’il était devenu un habitué des lieux et que des usagers de la gare avaient commencé à s’occuper de lui, en lui apportant de la nourriture et de l’eau.

Une statue pour le chien le plus fidèle au monde

En 1932, le  chien à la fidélité sans failles, finit par acquérir une renommée nationale suite à un article racontant son émouvante histoire, écrit par un ancien élève de Ueno. Cela faisait 7 ans qu’il attendait toujours son défunt maître sur le quai de la gare, et pas un jour il n’a manqué à son devoir.

Au fil du temps, Hachiko se voit octroyerle surnom de « Chuken » qui veut dire « chien fidèle » en japonais, et est fréquemment présenté comme un exemple de loyauté par les enseignants du Japon.

En 1934, Hachiko se voit attribuer une statue en bronze à son effigie, érigée à proximité de la gare de Shibuya. Une année plus tard, surement à cause d’une profonde tristesse, Hachiko finit par mourir sur le quai de la gare. Ses restes ont été empaillés et conservés au Musée national de la nature et des sciences de Tokyo.  

Source : cesarsway

En tout, le chien fidèle aura passé près de 9 ans à attendre le retour de son maître, jusqu’à son dernier souffle. En 1936, un hommage émouvant a été rendu à Hachiko, lors de la cérémonie du premier anniversaire de sa mort. C’était la plus grande preuve du soutien d’animaux.

Hachiko est mort mais il a laissé derrière lui, la preuve incontestable, que la fidélité des chiens pour leurs maîtres est sans égale. Son histoire a inspiré le réalisateur du film « Hachiko Monogatari » en 1987 puis une autre adaptation hollywoodienne en 2009 dans le film « Hatchi ».

Le parfait exemple du soutien d’animaux

Source : cbs58

Boncuk un petit chien, vivait avec son maître Cemal Senturk dans la ville de Trabzon en Turquie. Il l’a recueilli il y a 9 ans, alors qu’il était encore tout petit. Depuis, l’amitié entre lui et son maître n’a cessé de grandir au point qu’aujourd’hui, Boncuk ne peut plus se séparer de Cemal.

Un jour, Cemal Senturk a été victime d’un problème cérébral qui l’a obligé à être hospitalisé.   Refusant de se séparer de son maître, Boncuk se mit à suivre l’ambulance qui le transportait à l’hôpital, au nord de la ville.

L’animal est resté debout près de la porte de l’hôpital pendant des journées entières, attendant que son maitre en ressorte. Mais la fille de Senturk, Aynur Egeli, a tenté plusieurs fois de ramener le chien chez elle, mais le fidèle animal repartait chaque jour vers l’hôpital.

Un fidèle compagnon

Le chien se pointait tous les matins, à 9 heures et restait devant la porte jusqu’à ce que la nuit tombe. Il n’entrait pas, mais dès que les portes s’ouvraient, il mettait sa tête à l’intérieur pour voir si son maitre s’y trouvait.

En revanche, Senturk pouvait apercevoir Boncuk depuis la fenêtre de sa chambre d’hôpital. Et dès qu’il se mettait à crier son nom, le chien regardait autour de lui. Et il se mettait  son tour à gémir. En tout, le chien a passé 6 longs jours devant les portes de l’hôpital à s’inquiéter au sujet de son maitre, oubliant la faim, le froid et la fatigue.

Sa patience a fini par être récompensée lorsque Senturk a enfin pu sortir de l’hôpital sur fauteuil roulant. La rencontre entre les deux amis a été très émouvante. Par ce merveilleux geste, Boncuk aura prouvé à son maître qu’il était son plus fidèle ami.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0
jazz piégée

Piégée par une caméra cachée, la star de télé-réalité Jazz Correia déclare : “Je déteste la France”

10 millionnaires playboys qui mènent des vies incroyables