in

20% des français légitiment une agression sexuelle si les tétons de la femme se devinent

agression tétons
L’abandon du soutien-gorge durant le confinement n’était pas passager. Désormais, ce ne sont pas moins de 7% des femmes qui optent pour le « No Bra » en France.

 

Cependant, d'après une enquête de l’Ifop, publiée le mercredi 22 juillet, 20% des français pensent que la vue des tétons féminins atténue la gravité d'une agression sexuelle

À voir aussi :

 

Enquête de l’Ifop sur la pratique « No Bra »

agression tétons
Source : Santecool

Le pôle « Genre, sexualités et santé sexuelle » de l’Ifop a publié, le mercredi 22 juillet, une vaste enquête permettant d’observer l’opinion des français sur la pratique du « No Bra », c’est-à-dire le non-port du soutien-gorge.

Selon cette étude, 20% des français pensent que « le fait qu’une femme laisse apparaître ses tétons sous un haut devrait être, pour son agresseur, une circonstance atténuante en cas d’agression sexuelle ». Un préjugé qui n’a pas manqué de faire réagir sur les réseaux sociaux !

Une idée répandue chez les catégories populaires

Toutefois, ce sont les catégories les plus populaires qui ont cette opinion. En effet, cette idée est répandue chez 28% des ouvriers contre 11% des cadres. Ce sont aussi 34% des personnes n’ayant pas eu le bac qui partagent cet avis.

Néanmoins, les plus « imprégnées par la morale religieuse » sont aussi nombreux à penser que l’agression sexuelle puisse être justifiée si une femme ne porte pas de soutien-gorge.

La morale religieuse

agression tétons
Source : Sens-media

C’est le cas de 42% de musulmans, 28% des catholiques pratiquants, 21% des catholiques non pratiquants et 13% de personnes sans religions.

Par ailleurs, 48% des personnes interrogées estiment qu’une « femme qui ne porte pas de soutien-gorge prend le risque d’être harcelée, voire agressée ».

La culture du viol

Ce qui signifie indéniablement que la culture du viol est bien ancrée dans la société. L’enquête menée sur 3018 personnes, révèle ainsi que 57% des femmes de moins de 25 ans redoutent justement « d’être l’objet d’agression physique ou sexuelle » si elles ne portent pas de soutien-gorge.

Autre statistiques frappantes : 55% d’entre elles affirment avoir été victimes d’harcèlement à cause de leur poitrine. Pire : 25% de ces femmes ont avoué qu’elles ont même subi des attouchements sur leurs seins sans leur consentement.

La pratique du « No Bra »

agression tétons
Source : Outandaboutinparis

Cependant, l’étude démontre aussi que le « No Bra » a été surtout démocratisé durant le confinement. Mais, depuis, cette pratique a tendance à s’inscrire dans la durée.

La raison est que certaines femmes choisissent de ne plus enfermer leur poitrine. Ce qui signifie que cette nouvelle pratique se popularise de plus en plus.

Inconfort et féminisme

Pourquoi ? Eh bien, 53% des femmes soutiennent que c’est l’inconfort du soutien-gorge qui les pousse à ne plus en porter.

Par contre, 32% des jeunes femmes justifient le « No Bra » comme un souhait de « lutter contre la sexualisation des seins féminins qui impose de les cacher au regard d’autrui ».

Malheureusement pour ces femmes, la poitrine féminine demeure hyper-sexualisées. Ce qui retreint considérablement leur liberté vestimentaires. D’autant plus que laisser apparaître le téton les expose à l’harcèlement et l’agression sexuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Chargement…

Chargement…

0

La fortune de Jeff Bezos augmente de 13 milliards de dollars en un jour !

Aya Nakamura Jolie Nana

Aya Nakamura : Son nouveau single Jolie Nana est un incroyable succès